Le mercredi 1 avril 2021, a eu lieu les concertations sur la relance de la culture du coton biologique au Mali. Occasion pour les acteurs de juger important de s’investir dans le développement de la filière coton en général et du coton biologique. Ce maillon,                                                     à leurs yeux, apporte plus de valeur ajoutée, protège l’environnement et la santé.

La rencontre a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pèche, Lassine Dembélé. Il avait à ses côtés l’ex-ministre dudit département, PDG de la CMDT, Dr Nango Dembélé. Elle a permis aux acteurs d’aborder les sujets comme l’utilisation des intrants biologiques, les différents atouts et contraintes, les conditions requises pour la logistiques et l’égrenage du coton biologique, les enjeux de marché pour un meilleur accès des productrices et des producteurs à un revenu décent, la mise en place d’un mécanisme de suivi des actions de relance de la culture du coton biologique.

La convention de financement signée en septembre 2019 entre la République du Mali et l’AFD, stipule que dans la mise en œuvre du projet Agreco, une importance particulière sera accordée à la relance de la culture du coton biologique. C’est pourquoi, pendant la campagne 2020, l’équipe de mise en œuvre a pris le pas au travers d’un certain nombre d’actions dont l’accompagnement de la fédération nationale des producteurs de l’agriculture biologique et équitable du Mali (Fenabe) pour l’emblavure de 662 ha en 2020 malgré la situation particulière de la campagne.

Il y a aussi la formation des productrices et producteurs pour une meilleure maitrise des itinéraires techniques du coton biologique, le processus d’obtention des certificats biologique au niveau production et au niveau post récolte appelé certificat GOTS, la mise en route de la production des semences biologique par l’IER avec le partenariat de la CMDT. L’impulsion d’une démarche de concertation inter acteurs dont la présente rencontre en est une parfaite illustration. Cependant, les acteurs se disent convaincus que les défis ne sont pas insurmontables. Selon eux, les acteurs ont accepté de se mettre ensemble, de mettre en commun leurs expertises et savoir-faire.

« Je suis convaincu que si l’agriculture est le moteur de la croissance de notre pays, le coton est le piston de ce moteur »,explique le coordinateur national, Souleymane Traoré. « En tant que président de l’APCAM je ne ménagerais aucun effort pour travailler à la cohésion, à l’entente et à la réconciliation entre les producteurs de la zone coton conditions de relance de cette culture. L’APCAM assure la maitrise d’ouvrage déléguée de AgrECO et nous allons travailler dans cet objectif », dira le président de l’APCAM, Bouya Sylla.

La rencontre a enregistré la présence du représentant de l’AFD, du secrétaire exécutif du comité national de la recherche agricole, du président de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton, etc.

Ibrahima Ndiaye 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît