Ce lundi 28 juin, l’hôtel Azalai a abrité la cérémonie d’ouverture d’un atelier de trois jours organisés par le Secrétariat exécutif du G5-Sahel et la fondation Konrad Adenauer en partenariat avec Chaire Sahel. Les trois jours de travaux porteront sur la valorisation des résultats de l’étude sur les dépenses de sécurité et leurs effets d’éviction sur les dépenses de développement.

Après une étude minutieusement menée par une expertise sahélienne, un atelier de travail a été organisé du 28 au 30 juin, pour faire une restitution et valoriser l’étude effectuée sur les dépenses de sécurité dans le G5-Sahel. L’atelier permettra non seulement d’analyser le contenu de l’étude, mais aussi de prendre en compte les recommandations et d’en faire des nouveaux.

L’objectif principal de l’atelier est de partager avec les cadres des États du G5-Sahel, ainsi que leurs partenaires, les principaux résultats de l’étude. Cela servira à nourrir les différents plaidoyers en faveur d’une meilleure considération des dépenses de sécurité qui s’imposent aux États du G5-Sahel, réduisant les possibilités en matière de dépenses de développement.

Pour le Secrétaire exécutif du G5-Sahel, Maman Sambo Sidikou, le rapport soumis est appelé à devenir un gouvernail pour les pays à travers l’amélioration de l’arbitrage budgétaire dans l’élaboration des lois de finances, un document de référence dans l’élaboration des plans nationaux de développement économique et des études stratégiques et prospectives et enfin de devenir un document de base au service des acteurs intéressés pour la réalisation d’autres études dans des domaines similaires.

Le Secrétaire exécutif du G5-Sahel pense qu’il est important de revisiter les résultats de l’étude afin de les valoriser et de les vulgariser pour une exploitation optimale par les services compétente de nos États.  ‘’Ladite session a instruit le Secrétariat exécutif de partager avec les ministres, la synthèse de l’étude en vue de soutenir le plaidoyer en faveur de la création d’espaces budgétaires au profit des pays du G5-Sahel’’, explique-t-il.

L’ambassadeur Boubacar Gouro Diall, Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, invite les participants à se référer aux conclusions de l’étude pour formuler des recommandations tendant à concilier les dépenses de sécurité et du développement. Il rappelle aussi que le gouvernement du Mali est déterminé à ne ménager aucun effort pour contribuer à la mise en śuvre des recommandations qui seront formulées.

Hamady Sow

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît