Le document concerne le secteur  urbain de l’eau potable. Il servira huit millions d’habitants supplémentaires sur les quinze ans à venir. 

Le plan stratégique Somagep-SA/Somapep-SA, après quatre jours d’immense débats et travaux de groupe, a reçu un avis favorable de l’Etat, de la Commission de régulation de l’électricité et de l’eau (Cree)  et des consommateurs lors de son lancement, le vendredi 18 octobre à Bamako. Le document a été élaboré durant huit mois d’études par les deux sociétés.  Il prend en compte  l’ensemble du secteur urbain de l’eau potable au Mali dans une vision à long terme : de  la performance  à la gouvernance, la tarification et le financement du secteur.

De l’eau à domicile, 24h/24h aux meilleurs standards de qualité à l’horizon 2035.  Dans leur plan stratégique commun les deux sociétés d’eau au Mali tablent sur de gros investissements pour atteindre cet objectif. 2 600 milliards de F CFA, c’est l’enveloppe des investissements qui devra être mobilisée au cours des quinze années à venir. Le plan servira 8 millions d’habitants supplémentaires, soit 3 fois plus qu’aujourd’hui. Pour l’heure, 63 % des populations ont accès à l’eau potable dans le périmètre donné à la Somagep.

Sur ce montant, seuls 22 % des charges d’investissement pour les structures seront subventionnés par l’Etat sur les 15 ans du plan stratégique. Le reste des charges pèseront sur les sociétés Somagep-Somapep, explique le président du conseil d’administration de la Somagep, Pr. Younouss Hamèye Dicko. « Dès la 5e année de mise en œuvre du plan, la Somagep et la Somapep deviendront totalement autonome. Plus aucune subvention de l’Etat ne sera nécessaire pour ces deux sociétés en termes d’exploitation ».    

Pour y arriver, la Somagep et la Somapep devront créer et exploiter des usines équivalentes à six fois l’usine de Kabala. Précisément, la Somapep va créer 14 000 Km de nouveau réseau. A l’issue du plan, la Somagep, quant à elle,  devra gérer 18 000 km de réseau.

Pour la question du tarif, dans le plan, il ressort que le prix moyen de l’eau est progressivement augmenté en 10 ans jusqu’à la valeur de 600 F CFA/m3, soit un accroissement de 8 % par an en valeur constante.  Le document précise que cette structure tarifaire est modifiée pour épargner les clients à faible revenu.

Selon le PCA, une structure tarifaire permettra à tous les foyers de payer leurs factures de branchements et d’eau permettant ainsi à la Somagep-Somapep d’équilibrer leurs comptes d’une part. D’autre part, de renouveler le patrimoine, d’investir pour le développement des infrastructures afin d’accompagner la croissance urbaine du pays.

Les directeurs généraux des deux sociétés, Boubacar Kane et Yénizanga Koné, se sont félicités de cet élan qui « assurera la performance opérationnelle de leurs entreprises ».

Le plan est ambitieux, reconnaissent-ils, mais il est indispensable et réalisable. Sa réussite demande l’implication de tous, en particulier de l’Etat, les partenaires techniques et financiers et la société civile, expliquent-ils. Dans le plan stratégique lancé, la société civile est considérée comme un acteur  à part entière, un partenaire qui sera formellement associé à son suivi.

Le PCA de la Somagep a félicité les deux sociétés et le cabinet Sorga (qui a appuyé les travaux) pour le travail de qualité.

Kadiatou Mouyi Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît