Au début de la vaccination anti-covid-19 et même jusqu’à ce jour, beaucoup de rumeurs ont circulé et continuent sur le vaccin contre la Covid-19. Les premières personnes vaccinées le sont depuis deux mois. Comment se portent-elles ? Ont-elles développé des maladies ?

Sur les réseaux sociaux, on a vu toutes sortes de témoignages et d’images : des personnes qui se sont écroulé après le vaccin, des personnes qui ont développé des maladies. Pire, on a vu des gens se coller le téléphone ou d’autres matériels à l’épaule, à l’endroit où le vaccin leur a été inoculé.

La vaccination contre la Covid-19 a débuté au Mali en mars dernier. A ce jour, 150 563 personnes ont reçu la 1ere dose du vaccin contre la pandémie à Coronavirus et 55 999 la 2e, depuis le début de la campagne, selon les données fournies lors des communications orales du conseil des ministres.

Selon le professeur Seydou Doumbia, membre du comité scientifique de lutte contre la Covid-19, « la vaccination avait pour objectif de prévenir non seulement l’infection, mais également la contamination. Elle devrait également réduire les risques de progression vers les cas graves et réduire la mortalité liée à la transmission du virus. Donc c’est pour cette raison que vous-même, vous avez vu toutes les difficultés qu’on a eues pour la mise en œuvre des programmes de prévention notamment les mesures barrières avec les conséquences sociaux économiques et culturelles, que vous avez tous vues. La meilleure alternative pour nous pour cette transition de cette maladie c’était la vaccination».

55 000 personnes ont été vaccinées. « Moins de 0,5 % de cas d’accidents ont été rapportés », explique un infirmer faisant partie de l’équipe du Cescom de Lafiabougou.

Aly Diarra est mécanicien. La cinquantaine révolue, il témoigne : « j’ai décidé de mon propre chef de me faire vacciner. Les vaccins viennent d’Europe. Si c’était mauvais, jamais, ils n’allaient organiser des campagnes de vaccination chez eux. Oui, à la première injection, j’ai fait un peu de fièvre. Mais, j’avais été prévenu. A la seconde injection, rien du tout ».

Maïmouna Diallo, couturière, s’est également fait vacciner. « Dans mon atelier, explique-t-elle, je reçois du tout-venant. Il y a ceux qui croient, qui prennent des précautions, ceux qui n’y croient pas, qui refusent même de se laver les mains. Du coup, je n’avais que la vaccination pour me protéger. J’ai vu trop de cas pour ne pas croire à la Covid-19. Après ma vaccination, aussi bien lors de la première inoculation que la seconde, j’ai essayé les aimants, le téléphone, rien à faire, mon épaule était normale ».

Oumou Touré, pour sa part, ajoute : « honnêtement, étant opératrice économique, j’ai accepté de faire le vaccin à cause du passeport vaccinal. Je voyage beaucoup. J’étais sceptique. Mais, j’ai fait les deux doses depuis plus d’un mois, à ce jour, je n’ai eu aucun malaise ».

Le Pr. Doumbia rassure, le vaccin AstraZeneca n’a pas de problèmes et n’en pose pas. Cependant, il ajoute que les vaccinations reprendront au Mali au mois d’août. Cette fois-ci, rassure le professeur, les Maliens auront le choix entre plusieurs molécules.

En entendant, il rassure tout le monde sur la fiabilité de la vaccination, surtout au moment où arrive une troisième vague.

Aminata Agaly Yattara

Cet article a été publié avec le soutien de JDH Journalisme pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît