« En défit des difficultés que connait  l’Office de radio et Télévision du Mali (ORTM), l’office s’est acquitté de ses missions : celle d’informer, sensibiliser et divertir les Maliens de « manière satisfaisante ».  C’est ce qui ressort de sa  44e session du conseil d’administration, tenu hier lundi au ministère  de la Communication.

Les membres du conseil d’administrations de ORTM ont étudié cinq dossiers en  cette 44e session : il s’agit du procès verbal des 42 e et 43e sessions ordinaires du 7 mars 2019,  le point d’exécution des tâches assignées auxdites sessions, le rapport d’activités de l’exercice de 2018, le plan de formation de l’ORTM et la note sur la comptabilité.   

Ces documents soumis, selon le président du conseil d’administration de l’ORTM, le ministre de la Communication, Chargé des Relations avec les Institution, Porte-parole du gouvernement Yaya Sangaré, sont des recommandations des sessions antérieures.  Selon le ministre, l’année 2018 apparait comme celle d’un nouveau départ de  l’ORTM en tant qu’éditeur de programmes et cela après la réforme du secteur de l’audiovisuel public qui a consacré  pour la première fois au Mali  la séparation des missions de production réservées à l’ORTM et celle de diffusion dorénavant transférées à la Société malienne de transmission et de diffusion (SMTD).

Cette situation a eu une incidence sur le fonctionnement de l’Office, explique le PCA.  Celle-ci  a été engendrée, notamment dit-il, par le transfert de 200 agents, ainsi que tous les équipements de diffusion et de transmission de l’ORTM vers la SMDT, une baisse de plus de 10 %  des recettes de l’ORTM correspondant aux ressources des différentes conventions de rediffusion ou de partage d’infrastructures et une baisse moins significative des charges récurrentes en termes de salaires, d’énergie et de communication. 

Malgré ces contraintes causées par la structuration, M. le ministre a souligné que l’ORTM s’est acquitté de ses missions : celle d’informer, sensibiliser et divertir les Maliens de « manière satisfaisante ».

Au titre de la note d’orientation sur la situation de la révision comptable, le ministre a noté des progrès significatifs à ce niveau avec la production des projets d’états financiers des exercices 2016 et 2017 et la mise en place d’un plan de restauration ayant pour objectif la révision des comptes.  

Cependant, l’un des défis majeurs, relève le président du conseil du d’administration reste le recouvrement des différentes composantes de la redevance de radiotélévision. Le dossier reste encore en souffrance à ses dires. « Seule la redevance est à même d’offrir à l’ORTM des ressources pérennes, en lui permettant d’améliorer la qualité de l’offre relative aux programmes destinés aux populations », a évoqué M. Sangaré ajoutant que son département de la Communication ne ménagera aucun effort pour accompagner l’office dans l’atteinte optimale de ce dossier

Le PCA a insisté sur le renouveau de l’ORTM que demandent les populations à la base « une des satisfactions passe en partie par des décrochages locaux de ses stations régionales sur les télévision nationales, que l’Office devrait dès l’année prochaine mettre en place plus facilement avec l’avènement de la Télévision numérique terrestre (TNT) en partenariat avec la SMTD ».

A l’ouverture des travaux, le ministre Yaya Sangaré a félicité la direction générale, les partenaires, les partenaires sociaux ainsi que tout le personnel, pour la conduite de ces reformes majeures, qui seront déterminantes selon lui « pour l’avenir de l’office. « Cette restructuration devrait donner de crédibilité et d’efficience aux actes de gestion de l’entreprise ».

Avec sa note de satisfaite donnée à l’ORTM pour l’organisation de la couverture médiatique des dernières élections générales et certains grands événements que le pays a connus, le PCA  les a invité à assurer une couverture plus engagée.  Ce, avec la possibilité d’organiser  des débats contradictoires entre les acteurs politiques qui accepteront cet exercice  citoyen et démocratique pour garantir l’accès des Maliens à l’information. « Pour y parvenir,  j’engage déjà et maintenant l’ORTM à jouer pleinement son rôle  extrêmement important dans la communication, surtout dans nos langues nationales plus accessibles à nos concitoyens sur la problématique et les enjeux du Dialogue national inclusif que notre pays organise actuellement, afin d’assurer la réussite de toutes les actions de communication autour de ces assises ».

Kadiatou Mouyi Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît