Dans le souci  d’assurer la sécurité des personnes et leurs biens, la Police malienne a effectué plus de 20010 patrouilles en 2018, dont 11210 à Bamako contre 8800 dans les régions et 20446 interpellations. Elle a egalement versé plus de 400 millions de F CFA au trésor public.

jeudi 21 février 2019, au cours d’une conférence de presse ténue à la direction générale de la Police, le Directeur général de la police nationale, l’inspecteur général Moussa AG Infahi, a présenté son bilan annuel et les perspectives de 2019.

Selon lui, un important résultat a été réalisé grâce au déploiement de 75147 éléments sur le terrain avec comme résultat : 20 010 patrouilles et 20 446 interpellations. Sur le territoire, il y a eu beaucoup d’accidents cette année. Selon les statistiques, précise le patron de la police malienne, il y a eu plus de 465 décès sur les routes, dont 322 dans la capitale du Mali.

A côté de ses chiffres alarmants, la police malienne a egalement contribué au renflouement du trésor public. Elle a pu mobiliser plus de 328 millions de F CFA comme recettes obtenues à la délivrance des 328 186 cartes nationales d’identité et une  recette de plus de 124 millions F CFA dans le cadre de l’établissement des passeports, laissez-passer, visas et autres documents administratifs. Ce n’est pas tout, la DNP construit actuellement quatre commissariats de sécurité publique notamment à Diema, Banamba, Douentza et à Bourem et les travaux de cinq autres vont bientôt démarrer en plus des postes de sécurité aux frontières. Concernant les ressources humaines, le patron de la police a rappelé le recrutement en cours de 2200 fonctionnaires de police dont 20 commissaires, 30 officiers et 2150 sous-officiers.

En matière d’aide en matériels et de formations en 2018, le DG de la police a révélé l’acquisition de 77 véhicules au profit du parc auto, 84 motos et plusieurs formations réalisées grâce à la bonne collaboration avec ses partenaires comme la Minusma, l’Eucap Sahel, l’ONUDC, l’OIM et l’Ecole de maintien de la paix. Parlant des perspectives, il a évoqué la formation des chefs de poste, le recyclage des officiers de police, la mise en place des cours sur les pouvoirs des officiers de police judiciaire et des cours sur l’analyse du renseignement et l’élaboration du schéma directeur de la formation.

Niarra

(Correspondance particulière)

30minutes.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît