Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr. Samba Sow, a lancé, le vendredi 2 novembre 2018 dans l’amphithéâtre II de la Faculté des sciences et techniques, les activités de la journée « Journée une seule santé ». L’objectif de cette journée est de promouvoir, par la sensibilisation des populations au niveau mondial, le concept « une seule santé ». Pr. Samba Sow a affirmé, à cet effet, qu’ « il n’y a pas de santé humaine, sans santé animale, sans santé alimentaire ».

Habituellement la Journée internationale est célébrée le 3 novembre de chaque année. Cette année, cette date coïncidant avec un jour férié, le Mali a décidé d’avancer sa célébration au vendredi 2 novembre 2018.

Depuis 2008, une dizaine d’organisations internationales dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et la Banque mondiale ont élaboré un cadre de référence fondé sur un concept appelé « une seule santé ». Ce concept ne se limite pas seulement qu’aux zoonoses, mais englobe l’ensemble des pathologies ayant un impact sur la santé publique et la sécurité alimentaire.

Le Mali a adhéré à cette initiative depuis 2016 et a institutionnalisé, par un décret PM-0369, l’approche « une seule santé » avec l’appui des partenaires à travers la plateforme nationale « Une seule santé ».

Elle a pour but de sensibiliser sur l’approche « une seule santé » et d’encourager la collaboration entre les acteurs impliqués dans la gestion sanitaire. A ce jour, plusieurs activités sont déjà réalisées par la plateforme qui sont, entre autres, le plan stratégique « une seule santé » et le manuel de gouvernance de la plateforme. 

Dans un amphithéâtre bondé d’étudiants, Pr. Samba Sow s’est dit convaincu que la plateforme nationale « Une seule santé » permettra d’avoir un impact significatif dans la prévention, la détection et la riposte aux événements de santé publique dans notre pays. Il a affirmé, que conformément à la volonté du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le gouvernement s’est engagé à apporter son soutien indéfectible à cette plateforme.

Selon le ministre Sow, la crise sanitaire causée par la maladie à virus Ebola a démontré non seulement les limites de notre système de santé (d’où la nécessité de la réformer), mais aussi mis en évidence la nécessité d’une collaboration entre tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans la gestion de santé.

Pr. Samba Sow a également insisté sur la mise en commun des expériences multisectorielles et multidisciplinaires en matière de santé. « Il n’y a pas de santé humaine, sans santé animale, sans santé alimentaire », a-t-il ajouté. Il a profité de l’occasion pour échanger avec les étudiants sur les questions de santé dans notre pays.

Visiblement très à l’aise dans cet exercice, le ministre Sow s’est prêté aux questions des étudiants. Il leur a expliqué les efforts consentis par le gouvernement sur instructions du président IBK, à travers la réforme de notre système de santé dont le but ultime est l’atteinte de la couverture sanitaire universelle et des soins de santé primaires. « Notre objectif est d’ériger tous les CS-Réf de Bamako en hôpitaux de 2e référence pour apporter des soins de qualité aux populations. C’est à cette seule condition qu’on pourra s’en sortir », martelait-il.

Pr. Samba Sow a remercié les partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement dans l’amélioration de la santé des populations maliennes. 

A. D.

L’Indicateur du renouveau du 05 Novembre 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît