LInstitut International de Recherche sur les Cultures des Zones Tropicales Semi-Arides (ICRISAT) à travers le Projet ‘’Amélioration de la production et de la productivité de l’arachide auprès des petits producteurs au Mali’’ a procédé le jeudi 21 mars 2019 à Samanko, à la remise de 25 décortiqueuses d’arachide  motorisées à ses partenaires. Cette cérémonie présidée par Dr Aboubacar Touré, représentant du Directeur régional de l’ICRISAT pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a regroupé le Coordinateur dudit projet au Mali, Dr Ayoni Ogunbayo, le chef du Programme Arachide de l’ICRISAT  Dr. Hailé Desmae, d’autres travailleurs de l’ICRISAT et les représentants des partenaires œuvrant dans le cadre de ce projet.

Le projet ‘’Amélioration de la production et de la productivité de l’arachide auprès des petits exploitants agricoles’’ est financé par l’USAID et exécuté par différents partenaires à travers l’ICRISAT au Mali, au Ghana et au Nigeria. Au Mali, il est mis en œuvre par 15 partenaires  dans quatre régions et  22 cercles. Dans le cadre de ce projet, il a été prévu l’appui en matériels de transformation à petite échelle aux groupements et associations paysans, principalement les femmes et filles afin de réduire la pénibilité des activités de décorticage.

«Au Mali, l’arachide fut historiquement et demeure une culture très importante. Elle est une légumineuse beaucoup appréciée et très riche en nutriments et sa culture constitue également l’une des principales sources d’emploi, de revenus et d’échanges en milieu rural», a souligné Dr Aboubacar Touré dans son discours d’ouverture. Il a ensuite exhorté les bénéficiaires à bien entretenir les équipements mis à leur disposition. Ces équipements doivent être entretenus  pour servir non pas une seule personne mais toute la communauté, a-t-il précisé.

Il faut rappeler qu’un premier lot de 25 décortiqueuses fabriquées au Nigéria par l’IAR avait été remis aux producteurs en 2017. Ce second lot composé également de 25 décortiqueuses motorisées fabriquées cette fois-ci au Mali par une entreprise locale, l’Atelier Moderne de Sogoniko (AMS), selon le modèle nigérian, a été remis le jeudi 21 mars dernier. Toujours dans le souci de satisfaire les besoins des paysans en semences, trois sociétés semencières agréées à la production de semences de base et certifiées ont été citées parmi les bénéficiaires. Il s’agit notamment de SOPROSA, Comptoir 2000 et Sahel Seed Production.

« Lorsque commençaient les activités du projet en 2015, nous travaillions avec une seule compagnie semencière ‘’Fasokaba’’. A présent, nous soutenons quatre compagnies semencières», a expliqué le Coordinateur National du Projet au Mali, Dr Ayoni Ogunbayo.

Témoignages poignants des partenaires

Madame Mariam Coulibaly, productrice de semences à Wacoro, dans le cercle de Dioïla a salué la collaboration fructueuse et bénéfique de l’association des femmes productrices d’arachide avec l’ICRISAT. « Notre collaboration se développe de plus en plus et la remise de ces décortiqueuses en est une illustration », a-t-elle indiqué. 

Dr Dramane Sacko, Responsable du Programme Arachide  de l’Institut d’Economie Rurale (IER) de Kayes a souligné l’étroite collaboration de son programme avec l’ICRISAT dans le cadre de ce Projet. Auparavant, les producteurs et les productrices avaient des problèmes dans le décorticage de l’arachide. Mais les décortiqueuses qu’ils ont reçues en 2017 et cette année, leur faciliteront le travail, car ils emploient près de 300 personnes par jour pour le décorticage de l’arachide. 

« Les décortiqueuses ont facilité notre travail et réduit le temps de travail, de même, la qualité de l’arachide est améliorée », s’est réjoui Dr Dramane Sacko.

« Sans les décortiqueuses, il n‘est pas facile de décortiquer des quantités importantes d’arachide. Pour mieux faire bénéficier les producteurs de ces équipements, les ONG et les compagnies semencières doivent travailler ensemble », a noté M. Gaoussou Diawara de l’ONG CAAD (Centre d’Appui d’Autopromotion et de Développement).

Pour M. Niara Sanogo dont l’organisation, l’ONG GRAADECOM a bénéficié de trois décortiqueuses  (offertes en 2017 et en 2019), ces machines peuvent décortiquer plus de deux  tonnes d’arachide par jour et permettent de réduire la pénibilité du travail de décorticage de l’arachide.

Mme Yah Diakité, chef d’antenne  de l’Association Malienne pour la Souveraineté et la Sécurité Alimentaire (AMASSA) à Koutiala, bénéficiaire de deux décortiqueuses,  est du même avis. Pour elle, ces équipements, en plus d’aider les producteurs dans le décorticage de l’arachide, leur permettent d’avoir de la semence de bonne qualité. 

M. Issa Bah, Directeur financier de l’ONG AMEDD (Association Malienne d’Eveil au Développement Durable) à Koutiala estime que ces décortiqueuses vont beaucoup aider les producteurs d’arachide et surtout améliorer considérablement les revenus des productrices qui n’auront plus à perdre beaucoup de temps dans le décorticage manuel de l’arachide.

M. Sidy Sissoko, président de la Coopérative Dounkafa de Marena (région de Kayes) a laissé entendre que sa collaboration avec les instituts de recherche que sont l’ICRISAT et l’IER a permis à sa coopérative d’améliorer considérablement sa production d’arachide de bonne qualité. Toutefois, sa coopérative avait des problèmes dans le décorticage de l’arachide. Lors de la campagne agricole de l’année 2018 se souvient-il, ses membres ont exploité 62 hectares d’arachide, mais le décorticage fut un défi majeur. « Avec ces décortiqueuses, nous prévoyons d’augmenter notre production au seuil de 100 hectares d’arachide cette année car nous sommes convaincus qu’avec ces machines, nous n’aurons pas de problème avec le décorticage des arachides », a-t-il ajouté.

La cérémonie de remise des décortiqueuses aux partenaires du projet a pris fin par la coupure du ruban symbolique, une démonstration pratique et une formation des producteurs et productrices à l’utilisation et à l’entretien des équipements par l’équipe des fabricants de l’Atelier Moderne de Sogoniko (A.M.S). Après  la remise, les bénéficiaires tous heureux, ont partagé leur reconnaissance et témoignages sur l’apport important de tels équipements au développement de leurs activités de production et de transformation de l’arachide.

D. Diama, source le Tjikan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît