La Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants a été célébrée le vendredi 12 juin. Educo a sonné l’alerte sur l’augmentation du nombre d’enfants victimes du travail avec la crise sanitaire qui sévie dans le monde. Beaucoup d’enfants ne retourneront pas à l’école et sont très exposés à la contamination.

A l’occasion de cette journée, Educo signale que la crise économique provoquée par le Coronavirus a augmenté le nombre d’enfants travailleurs. Pour minimiser les risques de contamination, des entreprises ont réduit leurs employés, ce chômage technique, le confinement a augmenté le taux des chômeurs.

Selon Laurence Cambianica responsable de la Protection de l’Enfance chez Educo, une ONG de coopération globale au développement et d’action humanitaire « la pandémie fait que les enfants les plus vulnérables ont été contraints de travailler le plus souvent dans le secteur informel, pour assurer un revenu au ménage. Il s’agit des enfants qui ne travaillaient pas auparavant et qui sont obligés de le faire en raison du contexte mondial. Et nombreux enfants ne retourneront pas à l’école même lorsque la situation sera revenue à la normale car les familles resteront dépendantes de ces revenues pour subsister ».

Selon l’Organisation international du Travail (OIT), plus de 150 millions d’enfants travaillent dans le monde et 73 millions réalisent des travaux dangereux, tels que la manipulation de matériaux inflammables ou le transport de charges très lourdes…Pour contribuer à réduire cette violation des droits des enfants à un bien-être intégral, Educo développe des activités dans plusieurs pays comme le Bénin, le Mali, le Burkina Faso. Elle a réorienté certaines de ses activités en cette période de crise sanitaire pour prendre en compte les besoins urgents des enfants et leurs entourages.

En effet les conditions des enfants travailleurs ont connu ces derniers mois une détérioration considérable depuis le début de la pandémie. Ce qui augmente aussi leur risque de contamination. Il est difficile pour les enfants de respecter les mesures préventives. « Les enfants sont très exposés à la contamination. Ils sont dans l’impossibilité de respecter les gestes barrières comme la distanciation sociale, et ne disposent pas de gels hydro alcooliques, de masques pour se protéger. De plus les enfants travaillent plus longtemps en dehors de leur domicile, le plus souvent car les adultes de la famille ne peuvent pas le faire ce qui rend leur situation encore plus préoccupante ». Confie Laurence Cambianica.

Au Mali Educo travaille fortement sur la problématique de la protection des enfants travailleurs et s’implique davantage dans la lutte contre l’exploitation et les pires formes de travail des enfants. A travers leur programme de protection des filles travailleuses domestiques (Projet Jiguitugu) touchant près de 6500 enfants et adolescents directement, Educo accompagne également les efforts des gouvernements à répondre efficacement à la pandémie dans l’intérêt supérieur des enfants qui doivent être protégés sans condition.

Oumou Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît