Le Coordinateur du réseau Ouest africain de Développement des Médicaments Antipaludiques (Roama-Wanecam II) lance la deuxième phase de son programme. Les activités du lancement officielles ont eu lieu les 15, 16 et 17 Avril 2019 à Bamako. La cérémonie a été présidée par la ministre de l’Innovation et de la Recherche scientifique, Pr. Assétou Founè Samaké Migan.

Le projet de recherche intitulé « Réseau Ouest africain de Développement des Médicament Antipaludiques (Roama) », qui regroupe quatre pays africains (Burkina Faso, Gabon, Mali et Niger) et six pays Européens (Allemagne, Angleterre, France, Hollande, Suède et Suisse) entre dans sa deuxième phase.

Ce réseau vise la création d’une équipe de recherche transfrontalière à même de contribuer effectivement au développement de nouveaux médicaments antipaludiques pour les besoins de la population. La première phase qui a duré dix ans, a contribué au développement clinique de deux nouveaux médicaments antipaludiques. A savoir l’artesunate-pyronaridine (pyramax) et la dihydroartemesiline-piperaquine (eurartesim). Elle a aussi renforcé de façon significative, les ressources humaines et l’infrastructure de recherche clinique. Abdoulaye Djimdé, directeur du MRTC-Parasitologie et coordinateur du Roama-Wanecam II, a souligné que le lancement de cette deuxième phase permettra de redémarrer leurs activités avec les autorités compétentes du Mali et avec les partenaires sous-régionaux et internationaux.

Ce nouveau réseau va mener des essais cliniques pour le développement d’une nouvelle combinaison thérapeutique sans délivrer de l’artémisinine, le « KAF156 plus lunefantrine SDF » pour la lutte contre le paludisme.

Des tests seront effectués avec le lancement de cette deuxième phase. Au Mali, les zones ciblées sont Sotuba, Bougoula Hameau, Kolé et Faladiè. Et les tests s’effectueront sur les enfants de six mois et plus. Cette deuxième phase va durer cinq ans et le montant prévu s’élève à 10 millions d’euros pour les six pays européens et les quatre pays africains.

« Wanecam II va procéder à la formation d’une quinzaine de jeunes aux niveaux master et PHB, et au développement de l’infrastructure de la recherche dans la sous-région », a souligné Abdoulaye Djimdé.

Assétou Founè Samaké, la ministre de l’Innovation et de la Recherche scientifique a remercié Abdoulaye Djimdé et toute son équipe pour l’immense effort qu’ils fournissent pour la lutte contre le paludisme. Elle a souhaité une bonne réussite à cette deuxième phase de Wanecam.

Zeïnabou Fofana

Tribune du 19 avril 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît