L’Association des Jeunes pour la Citoyenneté active et la Démocratie (AJCAD-Mali) en partenariat avec le Centre d’Etude et de Réflexion (CERM), organise depuis hier jeudi un forum national sur la démocratie et la citoyenneté active au Mali. La fin des travaux prévue pour vendredi 6 septembre 2019 devra aboutir à des recommandations formulées par l’AJCAD.

En initiant ce forum national, l’AJCAD-Mali  dit vouloir éveiller une prise de conscience chez les jeunes en matière de démocratie afin qu’ils puissent s’imprégner de leurs droits et devoir pour une société encore épanouie. Ainsi, cette rencontre nationale est censée tirer les leçons de la pratique démocratique au Mali de  1992 à nos jours soit environ  28 ans de démocratie en identifiant au passage les défis, les perspectives et les actions à mener pour sa consolidation.  De ce fait, le panel d’ouverture a tourné autour des questions suivantes: Quelles sont les reformes prévues pour la consolidation de la démocratie

au Mali ? Quels sont les enjeux en matière de jeunesse et démocratie ? Quels appuis des partenaires techniques et financiers  dans le processus de consolidation de la démocratie ? En quoi ce genre de forum puisse rehausser le niveau du débat sur l’état de la démocratie au Mali ? Pourquoi un forum national sur la démocratie et la citoyenneté active au Mali ?

Des interrogations auxquelles les panelistes ont donné des réponses satisfaisantes.

« Nous avons une démocratie vieille de 28 ans alors que 50 % de la jeunesse malienne est âgée de moins de 30 ans », a fait savoir Adam Dicko. A en croire la directrice exécutive de l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté active et la Démocratie, la jeunesse malienne est une jeunesse engagée dont malheureusement l’engagement n’est pas aussi visible que ça en raison d’énormes défis qu’elle fait face pour avoir hérité d’une démocratie qui n’est pas la sienne. Néanmoins, elle reconnait que les jeunes doivent être encore formés pour mieux s’imprégner de leurs droits et devoir en vue de changer le système et l’adapter aux réalités et exigences actuelles.

Pour sa part, le Chef de cabinet du  ministère  de la Réforme institutionnelle, Sory Ibrahima Traoré,  qui  a coprésidé la cérémonie d’ouverture en compagnie du  conseiller technique du ministère   de la Jeunesse et des Sports, Mahamadou Sidibé,  a annoncé des réformes structurelles mettant l’accent sur la justice, la sécurité, la défense et la lutte contre la corruption. « Le moteur de la démocratie c’est l’élection. Il n’y a pas d’élection possible sans sécurité. Aussi, il n’y a pas de démocratie sans justice. Les plus hautes autorités sont animées d’une volonté  de réformes structurelles. Elles pensent aussi à assainir les finances publiques pour diminuer la corruption car il n’y a pas de pays « 0 corruption ».

 Au dernier jour du forum, ce vendredi, des  questions telles que: liberté d’expression et réseaux sociaux, société civile et contrôle citoyen, rédevabilité dans la démocratie sans oublier la participation des femmes et des jeunes, sont au programme. Et le forum devra prendre fin par des recommandations adressées aux acteurs notamment les partis politiques, les ministères dans le but de corriger les insuffisances et consolider le s acquis.  

A noter que l’AJCAD-Mali a organisé ce forum national en partenariat avec le CERM grâce au financement de l’Ambassade du Royaume de Danemark, représentée lors dudit forum par son premier secrétaire  Lars Olaf Sovndahl Petersen.

Alassane CISSOUMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît