L’Observatoire national de l’Emploi et de la formation (Onef) a tenu hier jeudi 19 septembre, la  7ème session ordinaire de son conseil d’administration sous la présence du ségal du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Drissa Guindo, représentant le ministre. Ainsi, le rapport à la date du 31 juillet 2019 examiné,   fait ressortir un taux de réalisation ou en cours de réalisation de 63,0 % des activistes programmés en 2019 et un taux  d’exécution de 84,8 % du budget mobilisé.  

La présente session, qui s’est tenue au CNPM,  s’est inscrit dans le cadre de : l’examen et adoption du bilan à mi-parcours des activités réalisées en 2019, l’examen et adoption du point d’exécution à mi-parcours du budget de 2019, l’examen et l’adoption du projet de budget rectifié 2019.

De janvier à juin 2019, l’Onef a mobilisé 213 559 491 de F CFA sur un budget prévisionnel de 500 435 000) F CFA, soit un taux de mobilisation de 42,7 %.

pub

Le montant exécuté sur la période se chiffre à 181 150 761 F CFA soit un taux d’exécution de 84,8 %. Ce point d’exécution concerne la subvention de l’Etat, la subvention accordée à l’Onef par l’Anpe et de l’appui du  programme MLI022 dans le cadre du PIC III.

En ce qui concerne le budget rectifié, il se chiffre à 390 613 000 F CFA, soit une baisse de 28,1 % par rapport au budget prévisionnel. Cette baisse s’explique en partie non seulement par la mobilisation de 150 000 000) de F CFA de la subvention que l’Anpe devrait accorder à l’Onef, mais aussi par la non mobilisation de la totalité des ressources propres prévisionnelles de 64 586 000)  F CFA.

M. Guindo a rappelé que  malgré les difficultés financières que la structure traverse ces trois dernières années, l’Onef a pu produire des rapports d’études qui font d’elle un modèle pour les pays qui ont démarré le processus de création et d’autonomisation de leur observatoire de l’emploi et de la formation.

Au  vu de ces résultats, il  a au nom du ministre, réaffirmé son engagement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour doter  l’Onef de ressources pérennes enfin qu’il puisse jouer pleinement sa partition dans la réalisation du programme « notre grand Mali avance«  du président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Keita, qui a placé le développement du capital humain et de l’inclusion sociale au cœur de son deuxième quinquennat.  

Ibrahima Ndiaye

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît