Puis-je vous parler à cœur ouvert ? Bien sûr ! Cette réplique est connue de tous car, pour une raison ou une autre, on arrive tous un jour, à une situation où l’envie de laisser sortir votre avis, votre opinion devient plus forte que vos émotions. L’envie devient tellement pressante qu’elle vous tient par les tripes, prête à mettre en lambeaux vos entrailles si vous n’accédez pas à sa demande. Lorsqu’enfin, après mille réflexions, mille questionnements on décide de prendre la parole, on comprend à cet instant précis qu’on a fait le bon choix. Et on se demande pourquoi ne l’a-t-on pas fait plutôt ? Mais est-ce vraiment important ? Non, bien sûre que non ! Parce que le plus important, c’est de l’avoir fait, car après tout, mieux vaut tard que jamais. D’où la naissance de la tribune « A cœur ouvert ».

Elle se veut neutre, indépendante de toute affiliation politique mais, libre et réfléchie. « A cœur ouvert » vient pour apporter des réponses aux sujets brûlants de l’actualité politique au Mali et dans le monde si nécessaire. Sans langue de bois et dans un style rédactionnel à la fois originale, satirique et variable, ensemble nous lèverons le voile sur les questions qui brûlent les lèvres et traiterons des sujets considérés comme tabou afin d’alimenter un débat sain, courtois et réfléchi.

Ce que je vous propose, c’est de changer cette posture d’individu indifférent aux réalités politiques, sociales, culturelles et économiques de son pays contre un air de citoyen concerné par les vicissitudes qui touchent sa nation, et prêt à poser des actes patriotiques pour rehausser le débat démocratique. Ouvrons donc ensemble un débat sur la police et ses méthodes aux feux tricolores afin qu’elle redevienne un service public qui protège les usagers.

Ouvrons un débat sur les tactiques de guerres de nos soldats au front afin qu’ils deviennent de véritables officiers républicains d’une armée nationale prête à défendre le drapeau national. Ouvrons un débat sur l’islam au Mali afin que les chefs religieux comprennent enfin que dans un Etat laïque, la politique et la religion ne doivent pas être associées. Ouvrons un débat sur l’excision et nos traditions anciennes afin que nos filles aient le droit de choisir leur propre destin pour un Mali sans fistule. Ouvrons donc un débat sur toutes ces questions qui alimentent nos « grin », nos salons, nos voitures mais, qui jusque-là sont restées entre quatre murs.

Parce qu’on aime le Mali et parce qu’on se sent fils de cette nation séculaire où a vu le jour les grands empereurs du continent africain, parce qu’en tant que Malien on est fier de chanter les louanges de nos ancêtres et la bravoure de nos héros, parce qu’aujourd’hui cette fougue qui dans le temps animait nos aînés pour revendiquer leurs droits contre vents et marées et valoriser par la même occasion l’intérêt national n’existe quasiment plus ; pour toutes ces raisons l’on ne saurait se taire encore longtemps.

Rejoignez-nous désormais dans « A cœur ouvert », la tribune du débat démocratique malien pour des réflexions poussées et raisonnées.

« Aw Bissimilahi », « Bienvenue », « Welcome » dans cette nouvelle sphère où le débat démocratique est nourri par des réflexions diverses.

RDV le jeudi 14 mars pour le premier sujet dans « A cœur ouvert ».

Le Patriote

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît