Que s’est-il donc passé les 31 août et 1er septembre derniers sur les berges du fleuve Niger, aux alentours d’Ansongo ? Une fois de plus, le fleuve qui donne la vie a rejeté la mort. Une vingtaine de cadavres a été repêchée sans que l’on sache vraiment ce qui s’est passé. Les récents combats impliquant des djihadistes sont-ils à l’origine de cela ? Ces derniers, dans leur fuite, auraient été pourchassés et se seraient tous noyés. L’absence de tout communiqué allant dans ce sens rend cette explication peu probable. 

Alors d’où viennent-ils ? Pour rappel, les combats récents dans la région amènent aussi à des représailles menées par des mercenaires sur les populations qui sont accusées de collaborer avec les terroristes. Cette probabilité n’est pas à exclure lorsque l’on sait que nombreux villageois de Lelehoye/Salata ont été arrêtés et conduits à Ansongo, lieu de garnison de Wagner. Aux dernières nouvelles, ils ne sont jamais réapparus. Se pourrait-il qu’ils soient morts du fleuve ? 

Ce qu’il y a d’extraordinaire, et qui met forcément le doute dans cette macabre histoire, est que lorsque l’on décrypte la version officielle des autorités, les corps ont été retrouvés en amont de la commune où ils se seraient noyés. Or, avec le sens du courant et le fort débit en cette période de pluies, la logique voudrait que les corps soient retrouvés en aval bien plus bas. 

pub

Bien que peu d’éléments tangibles permettent de confirmer cette hypothèse à cent pour cent, toute interrogation est légitime. S’agit-il de villageois, exécutés sommairement et jetés dans le fleuve pour tenter de masquer les sévices et les tortures ? Le fleuve ne ment pas et cette piste est bien à exploiter. 

Dans l’attente de plus d’éléments de réponses, il convient de rappeler que les populations aspirent uniquement à vivre en paix. Les persécutions et harcèlements dont elles sont victimes, et menés par ceux qui sont présentés comme la solution à l’insécurité malienne, mettent grandement en péril cette aspiration.

Siaka Sidibé
Twitter:@SidibSiaka17

Facebook: Siak’Actu

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît