Au lendemain de l’incendie du camion-citerne ayant causé la mort de 15 personnes et plusieurs blessés sur  l’avenue de l’OUA, mardi 24 septembre, le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, a sollicité le soutien de l’Etat pour la construction d’une gare routière pour les gros porteurs. Une alternative, selon lui, qui empêchera à la ville d’assister à d’autres incidents meurtriers.

A sa visite du mercredi dernier au Haut conseil des collectivités territoriales sur le projet grand Bamako, le maire du district de Bamako Adama Sangaré, a au cours de son intervention devant la presse, présenté ses condoléances aux familles des sept personnes qui ont trouvé la mort, mardi 24 septembre, à l’explosion du camion-citerne sur l’avenue OUA, Commune V du district. Au nom de l’ensemble des collectivités, le maire a aussi souhaité prompt rétablissement aux blessés auxquels ils apprêtaient à rendre visite dans les hôpitaux.

Par ailleurs, pour l’édile, il urge de prendre des dispositions pour empêcher que d’autres risques ne se produisent dans la capitale, « faire une capitale de quatre millions d’habitants avec un camion citerne de 14 000 litres c’est un risque. Que Dieu nous en garde. Nous sommes en train de nous battre pour que des choses comme ça n’arrivent  plus. C’est pour cette raison que nous voulons que les gros porteurs  aient une gare routière qui puisse effectivement contourner Bamako sans rentrer dans la ville et surtout faire le transport », dit-il.

Pour l’exécution de ce projet, la mairie du district  demande à l’Etat  la mise à sa disposition d’un domaine foncier capable de mettre en place une gare routière pour les gros porteurs. Pour le maire, la gare « va abriter un entrepôt où les petits porteurs vont faire la distribution en ville ou les gens vont s’approvisionner au niveau de ces gares routières  sans être à Bamako pour éviter un autre drame du genre ».

Kadiatou Mouyi Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît