Suite à la lettre du Groupe de La Banque Africaine de Développement (BAD), précisément de sa Direction Générale du Bureau Régional de Développement et de prestations de services pour l’Afrique de l’Ouest,  au ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, portant sur « notification d’annulation du Projet d’Assainissement de la Ville de Bamako (PAVB) ». Cette annulation a pris effet depuis le 15 février, date de sa notification.

Nombreux sont les maliens qui se sont révoltés face à cette situation. Ils continuent de manifester leur incompréhension, parce qu’ils ne comprennent toujours pas, comment un pays en crise, avec des difficultés de trésorerie, une capitale salle, peut se permettre de perdre un financement de 31 milliards de nos francs.

En effet, le projet (PAVB) a été approuvé par la Banque depuis le 11 janvier 2017. Vingt-cinq mois après son approbation, aucun décaissement n’a été effectué sur les ressources y allouées. C’est pourquoi, conformément aux procédures de la Banque en matière de prêts et dons, « tout prêt ou don signé, et qui ne décaisse pas dans un délai de plus de quatre-vingt-dix (90) jours  et une période cumulative de plus de cent quatre-vingt (180) jours, et éligible à l’annulation ». Les conditions à l’annulation ont donc été réunies par le gouvernement du Mali, en l’occurrence le ministère en charge de l’Environnement et de l’Assainissement. Les techniciens de ce département ont prouvé leurs incompétences à mobiliser des fonds pour leur pays. Le Ministre Mme Keita Aïda M’Bo a également sa part de responsabilité, pour n’avoir pas su orienter, contrôler, vérifier et diligenter le travail dont elle est la coordinatrice.

Heureusement, un bémol, le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé,  que nous avons approché, a juré la main sur le cœur de tout faire pour disposer des 70% du montant annulé, dans le cadre de l’aide budgétaire.

« L’annulation du prêt-projet est donc consommée, mais pour sauver la partie, je vais demander, comme les textes de la BAD me le permettent, de redéployer 70% du montant concerné sur l’appui budgétaire global. Comme nous gérons au  ministère des Finances, nous-même,  l’appui budgétaire, il n’y aura pas  de soucis pour la mobilisation de ce montant. Mais nous  perdons définitivement 30% », a expliqué le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé.

Maintenant les regards sont tournés vers le département des Finances pour laver l’affront fait aux maliens, à travers cette annulation du Projet d’Assainissement de la Ville de Bamako (PAVB).

Nous attendons les cadres indiscrets de la Direction Générale de la dette publique pour  divulguer  le prochain document de la BAD sur une mobilisation ou non des 70% des 31 milliards de nos francs que Boubou Cissé  compte récupérer.

El Hadj Chahana Takiou

22 Septembre du jeudi 07 Mars 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît