Vacances, raisons de santé ou encore affaires commerciales… Elle est devenue l’une des destinations les plus sollicitées aujourd’hui. Rien qu’en 2018, la Thaïlande a accueilli 38 millions de touristes. Cette relance de l’industrie touristique et culturelle contribue aussi à la baisse du taux de chômage à moins d’un 1 % dans le pays.

Chiang Rai, nord de la Thaïlande. Le 23 juin 2018, 12 adolescents joueurs de l’équipe de football les « Sangliers sauvages » et leur entraineur sont bloqués par la montée des eaux d’une rivière souterraine dans la grotte du parc forestier de Tham Luang- Khun Nam Nang Non. Aux nouvelles, le gouvernement déploie une forte délégation de sauvetage. Aidé par la communauté internationale, il arrive, après plus de 3 semaines, à les faire sortir. Un sauveteur thaïlandais décède en cours de l’opération.

Plus d’un an après Maissa se rend sur le site. Elle est parmi les touristes qui sont à la première visite à la grotte Tham Luang- Khun Nam Nang Non.

La jeune fille prend place à bord du mini bus qui transporte les visiteurs du parking à l’entrée du parc forestier. Elle est accompagnée par trois autres membres de sa famille. En quelques minutes de route, le bus s’arrête et commence la visite des lieux.

Comme Maissa, les regards sont attirés par la beauté de la forêt, restée intacte, la statue de Samarn Poonan, le sauveteur de 38 ans, décédé en cours de l’opération de sauvetage et la gigantesque peinture accrochée au mur à l’intérieur d’une salle. Le tableau retrace la scène des 26 jours de sauvetage.

Selon un responsable du lieu, pour la réouverture du parc forestier, les autorités ont déboursé des milliards de francs thaïlandais. Pour l’heure la grotte est toujours fermée aux visiteurs par mesures de sécurité. La consigne pourtant n’a pas impacté l’affluence des touristes. Le site accueille des centaines de touristes par jour. Ce chiffre est plus doublé voir triplé pendant le week-end selon les saisons, estiment-ils.

Stratégie 4.2

Le secteur du tourisme occupe une place importante dans la création de richesse économique et de création d’emploi en Thaïlande. De Bangkok à Ayutthaya, en passant par Pattaya à Chiang Rai, dans chaque province, le gouvernement a travaillé sur toute la chaine industrielle du tourisme et n’est pas centré uniquement dans les grandes provinces.

Au de-là de ses sites culturelles et touristiques, le pays s’ouvre aussi depuis des années au tourisme médical. Dans la mise en œuvre de sa nouvelle stratégie économique pour la Thaïlande, stratégie 4.2, les autorités veulent développer le tourisme médical avec un même standard de service que les hôpitaux occidentaux.

Plusieurs hôpitaux, parmi lesquels l’hôpital international privé Phyatai 2 à Bangkok, soutient les autorités dans cette démarche. L’hôpital abrite aujourd’hui 29 centres spécialisés dans les services des neurologies, orthopédie, cardiologie soit une capacité d’accueil de 220 lits pour les patients hospitalisés et dispose de 76 salles de diagnostic entièrement équipées des derniers appareils et équipements médicaux.

Selon Sopida Wiwattanangkoorn la directrice marketing international de de Phyatai 2 « l’hôpital utilise des technologies et des innovations de pointe à des fins de diagnostic précis et d’excellents résultats thérapeutiques, tels que la salle d’opération hybride récemment ouverte, qui fournit un traitement crucial aux patients nécessitant une chirurgie cardiaque ou cérébrale ». Et le prix d’une opération ? « Il varie de 2 millions de F CFA et plus selon les interventions » répond-elle. Le prix, « est moins cher par rapport à beaucoup d’hôpitaux à l’étranger », compare-t-elle.

38 millions en 2018

Le Thaïlande a reçu 38 millions de touristes en 2018. Ils sont venus de la Chine, de la Malaisie, de la Corée du Sud, de l’Inde et des pays africains. Le taux global est en hausse de 9,6 % par rapport à 2017.

Cette affluence profite aux habitants des différentes régions du pays. Ils revoient la reprise de leur différente activité économique. Résultat : un 2018, le secteur a contribué à 4,5 % au PIB. Le taux de chômage quant à lui, a été réduit à 0, 9% en 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît