Dans la zone Office du Niger et dans toutes les régions agricoles du pays, les paysans se plaignent de la faible quantité d’engrais mise à leur disposition, cette année. Le fond de cette crise est lié à la diminution de l’enveloppe budgétaire accordée à la subvention de l’engrais.

L’alerte a été donnée le lundi dernier par le délégué des exploitants agricoles de l’Office du Niger, Abdoulaye Daou. Ce dernier, à la faveur de la cérémonie de lancement de la campagne agricole, dans sa zone, s’était alarmé face au manque à gagner de 50 % de l’engrais subventionné. Il avait déclaré en présence du ministre de l’Agriculture et du PDG de l’Office du Niger que, les 16 000 tonnes d’engrais mises à leur disposition par l’Etat, ne pourront pas subvenir aux besoins des producteurs. A ses dires, cette baisse aura des répercussions graves sur l’atteinte des objectifs de production assignés dans le contrat-plan 2019-2020, qui sont fixés à 11 millions de tonnes de céréales contre 10 millions de tonnes en 2018.

Les mêmes préoccupations avaient été exprimées quelques semaines plus tôt, par un producteur de riz de Gao, dans les colonnes de notre confrère l’Essor. Le paysan concerné s’était dit inquiet face à la faible quantité d’engrais reçue dans la région au moment où ils sont dans les travaux champêtres.

Le problème est réel et pertinent, nous a-t-on dit à la direction nationale de l’agriculture. L’explication donnée à cet effet par le directeur national, Oumar Maïga, est d’ordre budgétaire. A l’en croire, cette situation est due à la restructuration budgétaire effectuée par l’Etat. « Le gouvernement a alloué pour la campagne agricole 2019-2020, 20,6 milliards de F CFA à la subvention des intrants et équipements agricoles. L’année dernière, cette enveloppe était de 35 milliards de F CFA », plaide-t-il.

Toujours selon les affirmations de M. Maïga, cette enveloppe a été partagée de la façon suivante : 10 milliards de F CFA ont été attribués à l’achat d’engrais, 500 millions pour l’opération pluie provoquée et 100 millions pour les semences hybrides de maïs.

Très conscient du déficit d’engrais créé, M. Maïga estime que les 10 milliards de F CFA pourront juste servir à payer 76 000 t d’engrais alors qu’en 2018, c’était 178 000 t. Il a fait savoir que pour atteindre les 11 millions de tonnes fixés par les objectifs de campagne cette année, il faut réellement 220 000 t d’engrais.

Toutefois, le directeur national de l’agriculture se montre optimiste pour la gestion du problème. « Le ministre de l’Agriculture a écrit à son collègue de l’Economie et des Finances, pour faire une rallonge budgétaire visant à augmenter les 10 milliards de F CFA prévus pour l’achat d’engrais ». Il ajoute, « il faut toujours espérer, nous sommes en cours de campagne ».

Abdrahamane Dicko

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît