La campagne de la 4e édition d’Integrity Icon Mali a été lancée vendredi 28 juin 2019 à Bamako. Comme à l’accoutumée, les fonctionnaires intègres seront nominés puis célébrés à travers une vaste campagne de communication et de promotion.

Au Mali, tous les fonctionnaires ne sont pas corrompus. Ils ne sont pas tous mauvais. À Bamako comme dans les coins les plus reculés du pays où l’accès à l’eau potable et à l’électricité est encore un luxe, des agents de l’État s’efforcent de répondre aux besoins de la population. Ils sont engagés pour le bon fonctionnement des services sociaux de base même dans les zones d’insécurité. Ils vivent des situations difficiles. Intègres et refusant d’être esclaves du gain facile, ces fonctionnaires subissent des pressions sociales énormes. On ne les retrouve pas seulement dans les campagnes ou en brousse. On les retrouve aussi dans les grandes villes et dans tous les secteurs : agriculture, magistrature, éducation, santé, etc.

Fort de ce constat et voulant apporter du neuf dans la lutte contre la corruption, contrairement au système classique, Accountability-Lab Mali a initié, depuis quatre ans, Integrity Idol qui a récemment été rebaptisé Integrity icon. Chaque année, cinq fonctionnaires sont identifiés et célébrés au cours d’une soirée gala.

La campagne de nomination pour l’édition 2019 a été lancée vendredi à l’occasion d’une cérémonie, en présence des responsables de l’ONG et des 300 volontaires désignés pour Bamako, Kati et Kalaban Coro.

A lire: Mali : Les fonctionnaires honnêtes seront célébrés les 7 et 8 décembre 2018

Selon le directeur pays d’Accountability-Lab, Moussa Kondo, le but de la campagne est de générer une conversation constructive sur l’intégrité et la responsabilité et de construire un réseau de fonctionnaires qui peuvent lutter contre la corruption. « Le projet Integrity Idol met en évidence l’intégrité dans le public pour permettre aux Maliens de s’interroger sur les réalités existantes, de soutenir les changements de comportement susceptibles d’améliorer les vies des populations », a-t-il expliqué. L’occasion était bonne pour lui de rappeler que la campagne commence par ce processus de nomination à travers lequel les citoyens proposent des fonctionnaires honnêtes, ayant déjà fait leurs preuves au sein de l’administration. « Nous mobilisons un vaste réseau de jeunes à travers le pays, dont celui de Bamako. Tout le processus est transparent », a-t-il ajouté.

Sory I. Konaté

30minutes.net

24 novembre 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît