Les administrateurs de la mairie du district de Bamako ont rencontré vendredi dernier la société civile pour échanger avec elle sur l’état d’exécution des budgets 2018. L’exercice s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre la mairie du district et l’USAID à travers le Programme d’appui à la gouvernance locale, MALI-SNGP.

Cette activité, prévue par les textes, traduit la volonté des administrateurs de la mairie du district à instaurer un climat de confiance entre les élus locaux et les populations par le partage d’information sur la gestion des fonds publics.

Il s’agissait ainsi de partager avec les populations le bilan des investissements 2018 et les niveaux de recettes effectuées par les collectivités territoriales cibles, faire le point des initiatives spécifiques et recueillir les propositions des populations dans le but de l’amélioration des ressources financières des collectivités territoriales. Aussi, il visait à partager le bilan des dépenses de fonctionnement 2018 par secteur de compétences transférées, les difficultés rencontrées dans la mobilisation des ressources financières ainsi que les actions de développement menées par la collectivité au titre de 2019 et les années suivantes.

« La législation malienne en matière de décentralisation exige des ordonnateurs des budgets communaux, de faire le retour de la gestion du budget accordé dans un premier temps par la société civile. Le budget adopté par le conseil, son exécution après, on rend compte de cela« , a expliqué Founè Dembélé, secrétaire général de la mairie du district de Bamako.

A l’en croire, au moment de l’élaboration du budget, il y a un débat public pendant lequel la société civile fait part de ses préoccupations ainsi que les réalisations qu’elles entendent voir au niveau de la localité, toutes insérées dans le budget.

Au cours de l’exercice, il ressort que le budget exprimé à plus de 43 milliards de F CFA couvre un taux d’exécution de 75 %. Un accent particulier a été également mis sur la préoccupation actuelle de la mairie, qui demeure le non payement des taxes et les impôts par les populations.

A cet effet, le secrétaire général de la mairie du district, Founè Dembélé, a invité les populations de s’acquitter de ses devoirs civiques en respectant les taxes et impôts.

« C’est vrai que les conditions sont difficiles. On comprend que ce n’est pas toujours évident, mais tout ce qu’on demande c’est le minimum. Parce qu’avant de demander à l’élu qu’est-ce que vous avez pu faire pour nous, il faudrait se poser la question est ce que moi-même je me suis acquitté de mes devoirs« , a-t-il poursuivi.

L’exercice a pris fin sur les propositions des populations en vue de l’amélioration des ressources financières des collectivités territoriales.

M. Coul

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît