La première session ordinaire du grand Bamako 2022 s’est tenue le jeudi dernier à la Mairie du District de Bamako, sous la présidence du Maire Adama Sangaré. 

Pour rétablir la confiance avec leurs administrés, les élus de grand Bamako avaient initié une activité citoyenne dans leur plan décennal d’investissement et d’activités 2021-2030. Il s’agit de mobiliser les populations autour d’un projet citoyen d’aménagement d’une place publique communale et de retrousser ensuite les manches pour participer auprès d’eux à sa réalisation nature sans apport financier extérieur. « Si nous y arrivons, nous rendrons un grand service à notre nation, car ce sera le point de départ de la réconciliation, de la cohésion nationale et de la culture de la citoyenneté. Pour y arriver, nous ne devons marcher seuls », a précisé le maire du District Adama Sangaré.

La journée a été l’occasion pour les acteurs de proposer un projet sur les activités de la santé communautaire, l’hygiène et la pollution de l’air, plantation d’arbres, un habitant grand bamakois un arbre, la sauvegarde du lit du fleuve Niger dans son parcours dans le grand Bamako, l’agriculture urbaine et périurbaine, et l’aménagement de places publiques. Le maire estime que les élus ne peuvent plus juste jouer le rôle d’avant plan, il pense qu’il faut mettre les mains à la pâte.

A l’entendre, « le travail n’est pas facile, on est souvent critiqué, voir surveillé. Il faut faire fi de ça, aller de l’avant et collaborer au développement de notre milieu. Il n’y a rien de plus stimulant que de travailler pour sa communauté ».

Pour le patron de l’hôtel de ville de Bamako, être élu local est devenu une mission impossible. Qu’ils soient maires, adjoints municipaux ou conseillers municipaux ou régionaux, les élus se trouvent actuellement dans la précarité absolue. Entre sentiment d’impuissance et défiance démocratique, les élus locaux que nous sommes, sont en pleine crise existentielle. A tel point que l’on commence à craindre une pénurie de candidat pour les élections municipales à venir. Face à cette situation, la mairie du District a commis, en février 2021, lors de la première session ordinaire 2021, des experts pour leur confier un certain nombre de missions parmi lesquelles la réduction du statut de l’élu qui redéfinira la fonction de l’élu local au Mali.

Ibrahima Ndiaye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît