En ce seul mois de mars 2020, 27 villages ont été détruits, 15 000 déplacés, 76 morts, 2 666 bétails emportés dans les zones de Bankass et de Koro au pays dogon entre les 1er et 13 mars 2020, selon Sidi Ongoïba, coordinateur du Mouvement autodéfense « Dana Atèm« .

Le samedi dernier, le coordinateur politique du Mouvement « Dana Atèm« , Sidy Ongoïba et Abdoulaye Augustin Témé, étaient face aux hommes de médias à la Maison de la presse pour dénoncer cette grave crise sécuritaire et humanitaire et le silence du gouvernement malien et ses partenaires (Onu et autres).

La situation sécuritaire est catastrophique, a laissé entendre M. Ongoïba. « Aucune journée ne passe sans qu’un village ne soit attaqué, sans que 3 personnes ne meurent. A l’instant où je vous parle, très certainement un village est en train d’être attaqué par les terroristes« , a-t-il dit en interpellant l’Etat malien : « Nous sommes un groupe d’autodéfense. Nous sommes républicains. Nous comblons le vide que les forces de sécurité ont laissé en se retirant. Nous tenons tête aux terroristes« . « Mais jusqu’à quand ?« , s’est-il questionné. Il ajoute qu’ils sont juste ceux-là qui ont refusé de se soumettre à la force du mal. Ceux-là qui ont refusé le drapeau des terroristes pour celui du Mali.

Ongoïba, et Témé, membres du mouvement, ont interpelé le gouvernement à redéployer le plus vite possible les Forces de Sécurité et de Défense avant que la situation ne se dégénère davantage. Dans le cas contraire, « l’Etat malien serait accusable de non-assistance à populations en danger« .

Sur la question humanitaire, les deux conférenciers ont alerté sur une crise alimentaire si l’Etat et les ONG n’interviennent pour aider les populations déplacées. Et surtout qu’avec l’approche de l’hivernage, si les Dogons ne cultivent pas, ce sera une catastrophe alimentaire, préconisent-t-ils. Les conférenciers dénoncent le démantèlement des Check-points sur la RN15.

Les conférenciers ont précisé que le Mouvement autodéfense « Dana Atèm«  n’est pas une milice. « Dana Atèm«  est un groupe d’autodéfense pour les valeurs républicaines dans le pays dogon et reste soumis aux autorités traditionnelles des villages dont les chefs des villages, les imams et religieux catholiques et protestants.

Koureichy Cissé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît