Baidy Dramé ne fait plus parti du Conseil supérieur de la diaspora malienne de France (CSDMF). Mais il continue d’user de ce nom pour mener des activités parallèles au nom du bureau national du CSDM. 

Par correspondance en date du 8 avril 2021, Baidy Dramé a sollicité l’appui du ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine pour l’organisation d’une conférence internationale sur la migration. Une demande gentiment mais fermement rejetée. Le ministère concerné a évoqué des questions de moyens budgétaires, mais aussi rappelé qu’une « telle conférence doit être organisée en relation avec le bureau national CSDM ».

Baidy Dramé était militant du CSDMF. Il en a été exclu le 22 septembre 2019 par une décision majoritaire des militants. Son exclusion est liée à des fautes d’éthiques jugées inacceptables : « faux et usage de faux, usurpation de titre, vol, etc. ». Pour ce forfait, il est assigné devant le tribunal de Grande instance de Paris pour « vol et usage indu du logo du CSDM ».

La mesure disciplinaire signifiée à la direction nationale du CSDM, son président Mohamed Chérif Haïdara, le ministère de l’Administration territoriale, l’ambassadeur du Mali en France et aux autorités françaises.

Derrière cette atmosphère délétère au sein du CSDM est vue la main cachée de politiciens à l’approche des prochaines élections générales. Un plan est savamment mûri surtout que le CSDM, avec ses nombreux militants à travers la diaspora malienne est considérée comme une machine électorale.

Abdrahamane Dicko

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît