Dans un entretien accordé à l’ORTM, le sélectionneur des Aigles est revenu sur les difficultés du moment de l’équipe nationale. Mohamed Magassouba pointe du doigt surtout le problème managérial.

Sur une série de 3 matches sans victoires, le sélectionneur des Aigles du Mali (qui a été reconduit officiellement hier mardi) a fait le diagnostic de l’équipe nationale. A entendre Mohamed Magassouba parler, ce n’est pas l’aspect technique qui est le problème de l’équipe mais plutôt l’aspect managérial surtout. « Il faut qu’on dise les choses en face par ce que c’est notre pays et personne ne viendra le faire à notre place. Nous avons besoin d’une très bonne politique managériale. Et cette politique managériale doit être soutenue financièrement. C’est ça qui manque au Mali par ce qu’on ne peut pas faire une équipe par l’aspect technique seulement », a expliqué Magassouba qui pense que beaucoup d’efforts doivent être également consentis sur le plan organisationnel:  » Par ce qu’on est incapables d’inviter d’autres équipes pour  des matches amicaux qu’on ne peut pas gagner des points. Une équipe ne peut pas vous inviter chez elle avec toutes les faveurs de l’arbitrage, du  public et que vous pensez aller la battre chez elle aussi facilement. Il faut que nous organisions aussi des matches amicaux chez nous en invitant les autres. »

Visiblement conscient de la raison de ce couac, le futur ancien directeur technique national estime qu’il faudra néanmoins rectifier le tir pour pouvoir aller loin. « Mais nous n’avons pas les moyens pour le faire. Nous n’avons même pas de moyen pour faire de regroupement souvent. Moi je crois qu’avec cette façon de marcher on n’ira nulle part. Comme on aime le dire qui veut aller loin ménage sa monture. Et la monture, elle ne doit pas être ménagée au niveau technique seulement. Franchement il faut que chacun joue son rôle, sa partition. C’est ça qui constitue une bonne équipe nationale. C’est ça un bon orchestre. Mais si la part technique seule doit remorquer les efforts de tout le monde le Mali n’ira nulle part. Je le dis à haute et intelligible voix. Rectifions cet aspect de la chose si nous voulons être parmi les meilleures nations du monde en termes de football bien-sûr’’, a-t-il conclu.

Alassane CISSOUMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît