A cause de l’insécurité et de la mauvaise gouvernance, le Mali devient de plus en plus invivable. En plus des attaques perpétrées contre les Forces de défense au Nord, les attaques djihadistes au centre, des paisibles citoyens, non protégés par la justice, vivent dans la peur. C’est le cas du jeune mineur Idrissa Konaté, dont quelques parents ont été sauvagement tués à Bamako à cause d’un litige foncier.

SOS pour Idrissa Konaté, jeune malien vivant dans un quartier de la périphérie de Bamako. En effet, depuis deux ans, le mineur est dans le viseur d’un groupe de bandits. Son unique tort : appartenir à une famille victime de la barbarie de ces groupes. Depuis 2014, les membres vivant de sa famille sont agressés et intimidés par des bandits à cause d’un litige foncier. Pourchassé en 2014, le mineur a eu la vie sauve grâce au courage de son oncle et de quelques voisins. “Mon oncle m’a demandé de me cacher. Ceux qui ont tué des parents à moi, l’ont agressé avant de l’abattre devant moi”, se souvient-il. Après, ils ont trainé le mineur dans la rue. Leur intention était claire : en finir avec sa vie. C’est grâce aux cris des voisins  et l’intervention de quelques jeunes du quartier qu’il a été sauvé.

La peur au ventre, menacé malgré la protection promise par les agents de la police, le jeune Idrissa est parti dans son village natal, Baroueli, à environs 130 km de Bamako. Là-bas aussi, il recevait constamment des menaces et ne parvenait plus à partir au champ, encore moins d’aller accompagner les animaux au pâturage.

pub

“Il est menacé ici même à Bamako. Le petit a vu ses parents se faire tuer pour de la terre. Nous avons pu emprisonner quelques bandits, mais d’autres sont dans la nature et menacent de le tuer”, regrette un agent de la police malienne. Que peut faire l’Etat alors ? “Pas grande chose pour l’instant. Nous pouvons juste le surveiller, mais c’est un enfant. Il doit aller à l’école ou trouver un petit métier à Bamako. Là encore c’est dangereux” , affirme notre interlocuteur.

Au moment où nous mettions cet article sous-presse, nous avons tenté de joindre le mineur en vain. Il est pour l’instant disparu des radars. Nous espérons qu’il n’a pas été retrouvé par ses bourreaux.

Nous y reviendrons.

Salimata Tangara

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît