Ce mercredi 13 octobre 2021, s’est tenu à l’hôtel Onomo le lancement officiel de la plateforme Kalan Blon et la remise des premières attestations de la première promotion composée de 80 jeunes. Etaient présents à cette cérémonie le président de la maison de la presse Bandiougou Danté, le président de l’Association des Presses en Ligne du Mali (Appel Mali) Modibo Fofana, le représentant du Fond d’Appui aux moteurs du changement (Famoc), Seydou Cissouma ancien directeur de la communication et professeur à l’école de journalisme de Bamako. 

Kalan blon est une école de journalisme virtuelle disponible en ligne pour les activistes bloggeurs, journalistes et étudiants maliens et est libre d’accès.

Selon Salif Diarrah, coordinateur de Kalan blon et promoteurs de Mali actu, cette plateforme contribuera à redorer le paysage médiatique malien qui souffre d’un grand manque de professionnalisme, ‘’Kalan blon regroupe l’essentiel du journalisme en quelques modules. Cela est l’occasion pour la plupart des journalistes de faire une remise à niveau et pour les aspirants journalistes, étudiants, de savoir à quoi s’attendre une fois engagée dans le métier. Les bloggeurs aussi auront la chance de se professionnalisés pour leurs facilités le traitement et la diffusion de l’information’’. 

Le coordinateur de Kalan Blon, Salif Diarrah, fait savoir que la formation est disponible en ligne et que chacun peut y accéder gratuitement pour suivre les cours selon son rythme, dans la journée comme la nuit. Elle est composée de différents modules qui sont : le Fake-cheking, l’écriture journalistique, les droits et responsabilité de la presse, journalisme de conflit. ‘’Chaque module est clôturé par un examen, c’est cela qui permettra aux étudiants de validé leurs formations pour ainsi avoir leur attestation’’ explique-t-il.   

80 jeunes, bloggeurs, journalistes professionnels, et des étudiants en journalisme de partout au Mali (Bamako, Koutiala, Koro, Koulikoro, Mopti, Sikasso…), ont suivi avec succès la première vague de cette formation. ‘’Chacun des 80 jeunes ont été attesté à la fin de la formation’’ explique Salif Diarrah.

Ce projet financé par l’ambassade de Danemark via son fond d’appui aux moteurs de changement (famoc) contribuera à lutter contre le fakes-news, aider ce pays à sortir de cette crise multidimensionnelle grâce à des modules comme le journalisme de conflit. 

Aux dires de Mariam Sanogo, la porte-parole des participants de la formation, cette formation a été très bénéfique pour eux, ‘’nous pouvons dire que nous avons appris, et que nous sommes munis, bien nantis pour faire face aux nouveautés de l’information et constituer ce pouvoir sociopolitique, économico-culturels du processus démocratique de notre pays’’. Et elle termine en remerciant les acteurs qui ont permis la naissance d’un tel projet, ‘’nous saluons la pertinence de cette formation durant laquelle, certains ont eu à découvrir des notions du journalisme et d’autres à renforcer déjà les acquis qu’ils avaient. Ce qui est le moins sûr, c’est que personne n’a perdu son temps en la suivant et le plus sûr, c’est que nous avons tous gagné, en connaissance’’ glisse-t-elle pour conclure. 

Le président de la maison de la presse Bandiougou Danté, celui d’appel Mali et le représentant de Famoc ont tous les deux réitérer leurs engagements à soutenir ce projet et affirment avoir confiance en ce projets vu sa pertinence pour la presse malienne.  

Aly Diabaté (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît