Pour une résolution définitive des multiples crises que traverse le pays, le président du parti Convergence pour le développement du Mali (Codem), Housseini A. Guindo, demande au président IBK d’adresser un message d’urgence à la nation afin d’édifier le peuple sur les grandes orientations qu’il entend donner à la République. En plus, le président de la quatrième force politique du pays exige la dissolution « pure » et « simple » de toutes les milices.

Une semaine après la tenue de la quatrième conférence nationale de son parti, le président de la Codem, Housseini Amion Guindo, a animé un point de presse samedi 30 mars 2019 à Bamako. Après avoir salué l’engagement des militants de son parti, il est revenu sur le contexte politique et sécuritaire du pays.

Pour remettre le Mali sur les rails et éviter le « chaos total », l’ancien ministre de l’Education nationale du Mali demande un message d’urgence du président à la nation, la tenue des législatives dans les délais avant toutes autres élections, l’organisation d’un dialogue national inclusif qui conduira aux réformes sans aucune précipitation et la dissolution de toutes les milices.

A lire: 4E CONFÉRENCE NATIONALE DE LA CODEM : Housseini Amion Guindo formule de grandes recommandations à …..

Le chef de la Codem estime qu’il revient au chef de l’Etat, en tant que garant de la constitution et de la cohésion sociale, d’édifier le peuple sur les grandes orientations qu’il entend donner à la République pour répondre à leurs aspirations légitimes. « Nous croyons fermement qu’en pareil circonstance, qu’il appartient au président de la République de rassurer les Maliens et de redonner confiance par les annonces, mais aussi par les actes à travers lesquels il compte prendre les choses en mains comme il l’a déjà déclaré », a-t-il précisé. Et d’ajouter : « il est plus que nécessaire d’associer l’opinion publique nationale à sa démarche à travers une vision claire et des objectifs qui seraient connus d’avance. Cela passe par une explication détaillée de cette vision, mais aussi des attentes à court, moyen et long terme sur ce projet à travers l’adresse solennelle à la nation ».

Au sujet du retour à l’ordre constitutionnel, la Codem, pilier de Coalition des forces patriotiques (Cofop), veut le retour à une Assemblée nationale légitime et légale. Ce qui est, selon M. Guindo, la condition indispensable pour aller à des reformes incontestables. « L’organisation des élections législatives dans le délai avant tout autre scrutin apparait à nos yeux comme la seule alternative pour corriger rapidement la prorogation anticonstitutionnelle du mandat des députés, qui du reste doit être constitutionnel. En ce qui concerne le dialogue national, nous pensons qu’il doit être inclusif pour permettre à tous les maliens de proposer des pistes de sortie de crise. Il s’agira de se mettre d’accord sur l’acceptation des résolutions issues de ce cadre de concertation nationale comme feuille de route de la refondation de la nation ».

Pour réaffirmer leur engagement pour le Mali, la Codem annonce sa participation à la manifestation de vendredi 5 avril 2019 sur le boulevard de l’indépendance. Elle sera aux côtés des religieux, de plusieurs organisations de la société civile, des syndicalistes et d’autres partis politiques.

Sory I. Konaté

30minutes.net

30 mars 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît