La Crimée et Sébastopol sont redevenues des régions russes à la suite d’un référendum tenu en mars 2014. Pour le cinquième anniversaire de cette date « historique », l’Ambassade de la Fédération de Russie au Mali a organisé une projection vidéo, jeudi 21 mars 2019. Des amis de la Russie, des responsables diplomatiques et des ressortissants russes ont pu suivre le grand documentaire de la chaîne de télévision Rossiya-1 sur la réintégration de la Crimée à la Russie.

« C’est une correction de l’histoire. La Crimée est Russe et le restera à jamais », a déclaré l’ambassadeur de la Fédération de Russie, S. E. M. Alexei Doulian. Il a rappelé le contexte dans lequel la Crimée s’était retrouvée en Ukraine, « un pays étranger », dit-il, et comment les Criméens ont décidé de revenir dans le giron de la mère patrie, la Russie. « C’est à la suite du coup d’Etat en Ukraine que les Criméens, menacés et persécutés par des nationalistes, se sont battus, de manière pacifique, pour redevenir indépendant », a rappelé S. E. M. Doulian.  

Dans le film documentaire, le journaliste reconstitue les faits et donne le plus souvent la parole aux acteurs Criméens du début de la crise à l’organisation du referendum. Le film retrace aussi comment la Russie, grâce au leadership du président, Vladmir Poutine, a pu éviter le massacre en Crimée.  « Nous avons travailler pour éviter le massacre, sauver des vies en Crimée. Nous nous sommes organisés pour cela et c’est avec la bénédiction des Criméens qui, à travers un referendum, ont décidé de revenir à la Mère patrie », explique le président Russe, Vladmir Poutine.

Au cours de ces cinq dernières années, la Crimée s’est intégrée complétement au système juridique de la Russie. Les habitants de la région ont tous reçu la citoyenneté russe, le système bancaire et le gouvernement de la péninsule s’évoluent dans un cadre légal. Des actions phares de développement ont été posées.

Comme le témoigne le chef de la Crimée, Sergueï Aksenov, dans une déclaration : « Je vous fais remarquer que même dans la période la plus prospère de son histoire ukrainienne, le budget de la Crimée pesait un peu plus de 22 milliards de roubles (5,8 milliards de hryvnia, au taux de change 3,8). Autrement dit, en trois ans seulement, malgré le blocus et les sanctions, en dépit de la période de transition qui n’a pas été simple, la Crimée a désormais des recettes qui sont presque deux fois plus élevées que lorsqu’elle faisait toujours partie de l’Ukraine, même sans compter l’aide fédérale ». Il ajoute que des infrastructures dans le domaines énergétiques, agricoles, religieuses, sanitaires, culturelles, etc, ont été construites et d’autres ont été réhabilitées.

Rattachée à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954, les citoyens de la péninsule de Crimée ont voté pour leur départ de l’Ukraine et leur rattachement à la Fédération de Russie lors d’un référendum qui a eu lieu le 16 mars 2014. 96% de la population (1,2 millions de personnes) de cette région, dont la majorité sont des Russes ethniques, ont refusé de reconnaître le nouveau gouvernement ukrainien qui est arrivé au pouvoir après les manifestations de Maïdan et ont opté pour une réunification avec la Russie.

Sory I. Konaté

30minutes.net

22 Mars 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît