Ce mercredi 26 mai, Bah NDaw et son ancien Premier ministre Moctar Ouane, détenus depuis le lundi 24 mai, ont été libérés des mains de la junte. Cette libération fait suite au communiqué du Conseil de Sécurité des Nations unies réuni pour la cause le même jour au siège de l’Onu. Le communiqué faisait injonction de libérer les détenus politiques dont le président Bah N’daw, son Premier ministre et plusieurs personnalités.

Assimi Goïta, chef de la junte fait un premier pas vers la communauté internationale. Il a libéré le président de la Transition Bah N’daw et son Premier ministre après le communiqué du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui ordonnait leur libération sans condition. Le Conseil est parti plus loin. Il a demandé en ces thermes. « Ils ont réaffirmé leur soutien à la transition menée par des civils au Mali et ont appelé à sa reprise immédiate », et ajoute «un changement de direction de la transition par la force, y compris par des démissions forcées était inacceptable »

Assimi Goïta fait le premier pas en libérant les détenus, mais ira-t-il vers les autres recommandations ? Un retour immédiat des anciens dignitaires (Bah N’daw et Moctar Ouane) ou une autre transition civile pas militaire. En attendant les réactions de la Cédéao dont la délégation envoyée a échoué auprès du colonel Assimi Vice-président. Quand même, elle n’a pas dit son dernier mot et elle reste quand celle qui a le dernier verdict et sera suivi par les autres.

Koureichy Cissé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît