Mardi 18 Août, suite à une mutinerie de l’armée malienne, le président Ibrahim Boubacar Keita a rendu sa démission. Jusqu’à nouvel ordre, le pays est pour le moment dirigé par les acteurs de la mutinerie. Nous avons tendu le micro aux populations pour connaître leur opinion face à la situation.

Daouda Koné : assistant chercheur 

« Je dirai que le Mali n’a pas un problème de gouvernance mais un problème de système politique. C’est ce que doivent comprendre les maliens. J’ai été impressionné par le contenu de la déclaration du Comité National pour le Salut du peuple. Elle prenait en compte les réelles préoccupations des maliens. Le président a démissionné, c’est eux qui dirigent maintenant ce pays. Je ne peux que les inviter à prioriser les attentes du peuple et à gérer de façon immédiate l’éducation de nos enfants, frères et sœurs dans les classes d’examen. »

Yacouba Traoré : Chauffeur de taxi 

‹‹ Bon je peux dire que j’ai apprécié ce que les militaires ont fait pour nous, parce que ça faisait longtemps que cette démission était attendue. Nous avons plusieurs marchés pour cette cause, mais en vain. Moi-même je suis chauffeur de taxi j’ai laissé pendant une semaine mon taxi pour la marche. Voilà en une journée l’armée a pu obtenir ce que le peuple souhaitait depuis longtemps. »

Mamadou Sarré : Citoyen 

« Je ne peux pas vraiment dire que IBK à bien gouverner. Mais je pense que cette démission n’était pas aussi la solution. J’aurai voulu qu’il termine au moins le reste de son mandat mais hélas, ça a été le contraire. »

Assetou Sylla : Femme au foyer

‹‹ Personne ne peux dire qu’il n’a pas apprécié la démission du président. C’était la volonté de tous, mais force est de reconnaître aussi lors de son arrestation qu’il faisait pitié. » 

Kadidiatou Keita : élève en terminale langue et lettre

« Personnellement j’aimais Boua. C’est vrai, ce n’était pas le meilleur des présidents, mais je pense qu’il ne méritait pas non plus cela. Il pouvait au moins continuer de gouverner le temps d’appliquer l’article 39 que les enseignants revendiquaient. A quoi nous les élèves nous devons nous attendre ? Il a démissionné, qui pour prendre rapidement sa place ? Déjà sur l’éducation nous sommes énormément en retard. Notre année scolaire est en jeu. En rien cette situation ne va nous faire avance. Ils voulaient qu’IBK part aujourd’hui, demain ils feront de même pour la personne qui viendra gérer ce pays.  Je ne peux que prier Dieu afin qu’il nous assiste. »

Mama N’diaye : Sage-Femme

‹‹ J’ai apprécié ce que l’armée a fait pour notre nation, après tant de mois d’attente voilà enfin que notre souhait est réalisé vive l’armée malienne et on espère de tout cœur que le prochain candidat sera mieux que l’ancien. »

Tiékoro Keita : Citoyen

« Je pense que ce n’était pas la bonne manière. IBK est partie, qui a été proposé pour l’heure qui sera en mesure d’assumer. Ceux qui ont voté pour lui ce sont ces mêmes personnes qui réclamaient sa démission. Je pense qu’il est temps pour nous de savoir ce que l’ont veut réellement. Pour moi, IBK devait finir avec ses deux années de règne avant de partir. On pouvait être patient et accepter les choses comme telles afin de bien réfléchir sur un meilleur candidat pour les élections à venir. »

Mariétou Coulibaly : élève en terminale science

« La question que je me pose depuis cet événement c’est : que va devenir notre année ? Nous n’en pouvons plus. Nous nous levons chaque matin pour rejoindre les salles dans l’espoir de finir avec tout ce retard un jour. J’étais contente quand j’ai appris la date des examens du Baccalauréat et voilà que la situation a pris une autre tournure avec la démission d’IBK, qui pour moi est un autre problème ajouté à notre éducation. J’aurai vraiment aimé qu’il boucle au moins ces deux années restantes. »

Sory Ibrahim Keita : Citoyen

« C’est vrai je n’étais pas content de la manière de la gouvernance d’IBK, mais je pense que ce qui a été fait n’était pas la chose à faire. Il n’a pas démissionné je dirais, mais juste été contraint de quitter le pouvoir. Ces militaires qui pensent qu’ils ont bien agis, c’est le contraire. Au lieu d’avancer nous irons tout droit en arrière maintenant. »

Fousseyni Alima Diarra : Bricoleur de téléphone 

‹‹ Ce coup d’État était la meilleure à faire puisque son ex excellence a refusé catégoriquement de rendre la démission après plusieurs manifestations contre son régime. »

Alassane Sow : Agent chez Canal+ 

‹‹ J’ai beaucoup apprécié la façon dont ils ont procédé pour faire démissionner le président sortant IBK. Ils ont agi avec beaucoup de prudence et d’intelligence, il n’y a pas eu de bain de sang. L’armée n’a pas mêler la population a cela et puis ils l’ont fait avec le plus grand respect à l’égard d’IBK. »

Sokona Varma 

Assétou dite Mani Coulibaly (stagiaires)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît