Sur l’ensemble du pays, le CNTS a reçu en 2020, 83 323 poches de sang, dont 60 000 seulement pour Bamako. La majeure partie de ces donneurs étaient des donneurs de compensation, soit 70 % contre 30 % de donneurs volontaires, selon les données du centre. Pour qui « il faut que 2 % de la population soit donneur régulier pour pouvoir satisfaire les besoins ».

Si Bamako n’est pas loin de ce taux, le gap est très important à l’intérieur du pays, selon centre. 

K. M. D. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît