L’Ong espagnole, Educo a organisé un atelier d’échange et de formation de 2 jours du 13 au 14 novembre 2019, à la direction régionale de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille. Ces deux jours d’atelier, ont consisté à former les journalistes sur la problématique du droit des enfants en particulier ceux des Filles Travailleuses Domestique (FTD).

Une trentaine de journalistes ont pris part à cet atelier, qui a consisté à approfondir la question du Droit de l’Enfant. Selon la coordinatrice, Mme Ballo Aminata Koné, l’objectif dudit atelier est de contribuer au renforcement de capacité des journalistes sur les questions des Droits de l’Enfant plus particulièrement des Filles Travailleuse Domestique (FTD). La formation a été faite sur deux grands angles à savoir la promotion et la protection des Droits des Enfants et ceux des Filles travailleuses domestiques. Les journalistes ont eu droit à la genèse de la convention des Droits de l’enfant, la Déclaration universelle des Droits de l’Enfant et aussi les législations nationales en matière de l’enfance. Ils ont aussi été imprégnés sur les droits du travail surtout le cas des mineurs, les devoirs et les droits des filles travailleuses domestiques au Mali.

A la fin de la formation, Mme Ballo a confié que cette formation rentre dans le cadre de plaidoyer et de sensibilisation pour la valorisation des Droits et la protection des personnes vulnérables telles que les enfants et les filles travailleuses domestiques. A l’en croire, les journalistes peuvent être des relais incontournables dans cette lutte. Plusieurs journalistes ont eu à manifester leur satisfaction. Mohamed Gueye, le chargé des sections télés et radios de l’association pour la Promotion des jeunes et enfants communicateurs (APJEC), a dit être vraiment satisfait. « J’ai vraiment appris beaucoup de choses. Je ne peux que remercier l’Ong Educo et les encourager dans cette dynamique », a laissé entendre le jeune Mohamed Gueye.

Une participante dont Sabine Dénou a expliqué qu’elle ignorait les violations de textes législatifs auxquelles s’adonnent la majorité des employeurs des filles travailleuses domestiques, sur les heures de travail dépassées, l’absence de repos hebdomadaires, et annuels. Elle a promis que désormais elle veillera à ce que son entourage cesse ces violations car pour elle tout être humain mérite de jouir de ses droits quand il s’acquitte de ses devoirs.

Désormais une trentaine de journalistes des différentes presses (radio, télé et presse écrite), sont bien outillés pour porter l’étendard de la promotion et la protection des Droits de l’Enfant et ceux des filles travailleuses domestiques, par l’Ong espagnole Educo.

Oumou Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît