L’opération « 100 000 » branchements sociaux à Bamako et environs sera lancée ce vendredi 14 juin 2019. Le prix du raccordement a été réduit à 20 000 F CFA.

Sur le branchement de tous les clients bénéficiaires de cette opération, le gouvernement malien, soutenu par la Banque africaine de développement (Bad), prend en charge 100 000 F CFA, soit une réduction de plus de 80 %. Le tarif moyen de raccordement au réseau de la Somagep, estimé à 120 000 F CFA est revu à la baisse, pour les bénéficiaires du programme, à seulement 20 000 F CFA.

En conférence de presse mercredi 12 juin 2019 au siège de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (Somapep) à Faso Kanu, le directeur général de la société, Yénizanga Koné, et son homologue de la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep-Sa), Boubacar Kane, ont annoncé le démarrage de cette opération à Bamako.

C’est aujourd’hui que le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué, donnera le ton. La première tranche, selon les conférenciers, va concerner d’abord 48 000 ménages à Bamako et environs. Trois agences de la Somagep sont concernées par ce premier volet. Il s’agit notamment des agences de Bacodjicoroni ACI, de Faladié et de Banankabougou.

Aux dires du DG de la Somagep, les travaux d’extension du programme se poursuivront progressivement dans les deux mois à venir aux six agences restantes de Bamako et environs. Et de préciser que l’ensemble de l’opération est supporté par l’Etat dans le cadre du projet de Kabala.

Des dispositifs sont déjà mis en place pour minimiser les délais de traitement des dossiers, selon Boubacar Kane. « Les saisis seront automatiquement enregistrés sur place par les agents et envoyés au niveau de la gestion clientèle. Toutes personnes couvertes par la station de Kabala auront de l’eau », a-t-il expliqué.  De façon durable ? Oui, répond-t-il, informant que la société a même actuellement une capacité de 24 millions de litres d’eau par jour. « Mais celles-ci seront utilisées à la fin des travaux en cours », précise-t-il.

Les critères pour bénéficier de ce programme seront définis par le gouvernement malien à l’occasion du lancement du programme. Il s’étendra sur deux ans et vise à promouvoir l’accès du plus grand nombre de populations à l’eau potable.  

Kadiatou Mouyi Doumbia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît