Dans le cadre de son programme d’appui et d’assistance aux Maliens de la diaspora, le gouvernement du Mali, à travers le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine (MMEIA), va bientôt ramener au pays 44 familles qui vivent un véritable calvaire depuis quelques années dans le bassin du lac Tchad.

Cette opération de grande envergure soulagera plus de 300 personnes : hommes, femmes et enfants. Ils vivent depuis plusieurs mois l’enfer, pris au piège dans le bassin du lac Tchad, une zone frappée par une grande crise humanitaire occasionnée par une série d’attentats suicides et de violents affrontements entre les forces militaires et le groupe Boko Haram. Cette spirale de violences affecte les civils, dont les 44 familles maliennes recensées, forcées de fuir. C’est de cette région dévastée par le conflit, l’insécurité alimentaire et la pauvreté  que le gouvernement malien veut extraire ses ressortissants.

« Organiser un rapatriement dans cette zone est difficile à cause de l’insécurité et les difficultés d’accès », a rappelé le MMEIA, Yaya Sangaré, lundi matin au cours d’une cérémonie de présentation des efforts du gouvernement à l’endroit des Maliens de l’extérieur en 2018. Il a assuré que « tout est fin prêt pour procéder à l’opération sauvetage ». D’abord, expliquera-t-il, les candidats volontaires au rapatriement seront transportés à l’aide de pirogues, puis conduits à N’Djamena, la capitale du Tchad, avant de regagner Bamako par avion.

Toujours au service de la diaspora

Faisant le bilan des efforts de son département en 2018, le ministre Yaya Sangaré a rappelé le rapatriement de plus de 8000 Maliens à travers le monde. Un record qui a été atteint grâce au soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et du Haut conseil des maliens de l’extérieur (HCME).

Une vue du présidium de la conférence de présentation.

Ces Maliens sont principalement venus de la Libye, de l’Algérie, de l’Arabie saoudite, de l’Angola et du Mozambique. « Nous avons injecté plus de 600 millions de F CFA dans cette assistance », a indiqué M. Sangaré.

Les autres projets phares du gouvernement ont été l’inauguration de la Cité d’accueil des Maliens de l’extérieur, l’organisation et la facilitation de la migration légale, l’insertion et la réinsertion des migrants de retour, la valorisation des capacités des diasporas au processus de développement national, le renforcement de la coopération dans le domaine de la migration ainsi que la promotion de l’intégration africaine à travers l’adoption de la Politique nationale de migration (Ponam).

Sory I. Konaté

30minutes.net

4 février 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît