Situé en commune IV du district de Bamako, Taliko connaît depuis un certain temps, une montée vertigineuse du banditisme. Un nouveau mode opératoire a vu le jour dans ce quartier, il s’agit bien d’un braquage de porte en porte par des groupes de voleurs. Sans cache-cache, ni murmure, ces voleurs viennent taper à ta porte et te disent clairement d’ouvrir. Ils se déclinent ouvertement comme étant des voleurs, tout en prévenant qu’en cas de refus, c’est la mort directe.

Le quartier Taliko s’est à peine transformé aujourd’hui en une dangereuse cité car le phénomène des gangs y a particulièrement connu une expansion exponentielle. Le quartier abrite de nombreuses bandes organisées opérant avec un professionnalisme incomparable, digne d’une série mexicaine.


Crispés par le phénomène, les jeunes du quartier ont fait appel le week-end dernier à tous les responsables du quartier pour parler de cette situation. Au cours de la rencontre, il a été décidé de constituer une commission de sécurité qui va travailler sur la question.
Pour témoigner de l’urgence de la situation, ces jeunes ont également préconisé la tenue prochaine d’une conférence avec les agents de la sécurité pour parler du rôle de la population dans la sécurisation du quartier.


Approché par nos soins, le président de cette jeunesse, Lassiné S. Traoré, nous a révélé que pas moins de deux semaines, un vendeur de pain a été appréhendé avec sa moto par un groupe de voleurs. Ils lui ont pris sa moto avant de le laisser partir. Quand un des voleurs s’est vu identifié par ce dernier, ils l’ont exhorté de revenir, probablement pour le tuer, c’est en ce moment que le vendeur prit ses jambes à son cou. Avec les armes en main, les voleurs se lancèrent à ses trousses jusque dans l’enceinte d’une maison. Ce fut une mauvaise nuit pour cette famille, dit-il. Le vendeur réveilla ladite famille en laçant des cris au « secours ». Le premier sorti a reçu une balle, le second à son tour et le troisième a eu également sa part. Trois frères de la même famille sur le coup. Le premier a été blessé sur les jambes, le second sur les épaules et le troisième sur le dos. C’est après avoir semé le trouble dans cette famille que les voleurs quittèrent les lieux.

M. Traoré a exposé aussi le cas d’une famille dont la maison a été une fois encerclée par les malfrats vers quatre heures du matin. « Les voleurs ont sommé la famille d’ouvrir la porte pour prendre leur dû. Heureusement pour cette famille, les voleurs, après concertation entre eux, laissèrent le coin pour la famille voisine où, ils se sont procurés beaucoup de choses », explique-t-il.


Un autre jeune nous explique qu’il a été arrêté en pleine rue et dépossédé de sa moto Djakarta derrière le Pont de Taliko 2, par deux malfrats sur une moto. « Ils ont pointé une arme sur moi. Persuadé qu’ils étaient décidés à me tirer dessus, j’ai cédé la moto », déplore-t-il.
Cependant, ces événements laissent à croire que malgré les efforts déployés par le ministère de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, le banditisme gagne chaque jour un plus du terrain dans la capitale malienne. La population quant à elle, reste impuissante.

Ibrahima Ndiaye

Mali Tribune du 16 avril 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît