Le Malien Dr. Djouroukoro Diallo est parmi les lauréats 2018 de la Société allemande des études interculturelles. Il a été récompensé dans la catégorie jeune chercheur grâce à sa recherche intitulée : « Présentation de la rébellion touareg au Mali dans les médias germanophones: une analyse linguistique du texte et du discours basée sur des articles de journaux« , publiée en 2018. Son prix sera remis jeudi prochain à l’université de Maintz/Germersheim.

Une grande première pour un Malien. Dr. Djouroukoro Diallo est distingué pour son analyse scientifique sur la représentation médiatique des rébellions touareg du Mali dans les médias de masse allemands, autrichiens et suisses; contribuant ainsi au débat sur la déconstruction des « préjugés ». Dans sa publication, sur la base de certains articles de journaux, Dr. Diallo montre l’évolution du discours des médias germanophones sur les conflits armés de 1990 à 2014. Après une « contextualisation historique » de cette rébellion, il fait une analyse discursive de la description des acteurs sociaux impliqués au niveau sémantique, syntaxique et lexical. Il essaye de retracer la perception de l’image du touareg en tant que tel depuis l’époque coloniale jusqu’à l’indépendance du Mali et à la rébellion du MNLA de 2012 à 2014. Dans ses recherches, Dr. Diallo est parvenu à prouver que l’image construite de « l’homme bleue » depuis l’époque coloniale a été relayée dans l’image populaire européenne, spécifiquement dans le monde germanophone.

Il compte, bientôt traduire l’œuvre en français qui, pour l’instant, est en allemand car destinée au public allemand. Grâce à cette publication, il a bénéficié des faveurs du jury composé de plusieurs experts internationaux pour le prestigieux prix de la Société allemande des études interculturelles, dans la catégorie « Jeune chercheur ».

Un digne ambassadeur du Mali dans le monde germanophone 

Dr. Diallo est un spécialiste en linguistique allemande. Il est chercheur associé et chargé de cours au Center for the Study of Language and Society (CSLS) à la faculté des lettres à l’Université de Berne, en Suisse. Traducteur-interprète, il est spécialisé dans la linguistique de la communication, l’analyse du discours médiatique et des textes journalistiques, linguistique politique, communication interculturelle.

A 40 ans, le Malien basé en Suisse avec sa famille, mène beaucoup de recherches et s’implique dans le développement de son pays. Fort de cet engagement, il collabore avec l’Institut des sciences humaines (ISH) en tant que chercheur. En janvier 2019, il était dans la Commune rurale de Dioro où il a travaillé sur les questions de gouvernance, d’institutionnalisation et du plurilinguisme dans le contexte malien. Ce projet avait pour objectif d’étudier le processus à travers lequel les langues peuvent jouer un rôle important dans le processus d’institutionnalisation et le partage de pouvoir dans le contexte malien.

« Il s’agissait d’analyser les deux processus : top down et bot up (de haut en bas et vice versa). On va voir quel est le rôle de l’État principalement, le rôle des régions, les attributions des différentes communes rurales, dans l’optique de voir comment les partenaires techniques et financiers (ONG, institutions de Bretonwoods) contribuent à ce processus d’institutionnalisation du Mali et comment les langues peuvent se frayer un chemin dans ce contexte », explique-t-il.

A côté de ce projet, il joue également sa partition dans le monde universitaire malien. Il vient d’entamer une coopération concrète avec le département Allemand à Kabala avec qui il prévoit d’organiser un atelier de formation en janvier prochain. En même temps, il envisage de soutenir ses collègues universitaires du pays pour améliorer leur travail et, si possible, donner des cours à Bamako, conformément aux besoins.

Un mécène au service de sa communauté

Malgré son statut social en Suisse où il jouit d’une très grande respectabilité, Dr. Diallo n’oublie pas d’où il vient. Il se souvient encore du chemin parcouru depuis le lycée Kankou Moussa où il a obtenu son baccalauréat en 1999, en passant par l’Algérie puis au Freie Universität (FU) de Berlin (Allemagne) grâce au programme erasmus, etc., Dr. Diallo est donc un pur produit du système malien qui a réussi à se frayer un chemin jusqu’à sa thèse en Linguistique allemande à la faculté des Lettres de l’Université de Berne. Il sert en Suisse et contribue aujourd’hui au développement de son pays dans le domaine du mécénat également.

Depuis dix ans, il soutient un village dans la construction d’une école. « Au début, j’avais commencé avec de modestes sommes pour avoir juste l’essentiel : les bancs, un toit et des fournitures d’école. Les enfants pouvaient donc aller à l’école », se réjouit-il. Aujourd’hui, l’école compte plus de 400 élèves et des ONG ont emboité le pas en y ouvrant même un jardin d’enfant.

« J’ai aidé le même village à avoir un centre de santé avec une petite maternité. Tout cela, je le fais avec mes propres moyens et c’est le minimum que je puisse faire pour améliorer le quotidien de mes compatriotes », affirme-t-il, souriant. Il invite ses compatriotes, expatriés ou pas, à s’engager au Mali à travers des actes. « Nous devons tous avoir à l’esprit que personne ne viendra faire le Mali à notre place, mais c’est à nous même de le faire. Que chacun fasse tout ce qu’il peut pour faire bouger les lignes à son niveau », conseille-t-il.

Avant son retour en Suisse, Dr. Diallo prévoit de faire des dons à Bamako à travers  « Balimay », basée dans son pays d’accueil.

Sory I. Konaté 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît