Dans l’optique de faire de Bamako une ville propre, afin de protéger l’environnement et promouvoir le développement durable, la Fondation Princesse Esther Kamatari et la MINUSMA ont procédé, le lundi 24 mai dernier, au lancement du projet à effet rapide « Bamako zéro déchet plastique ». C’était à travers la pose du premier pavé plastique recyclé du parcours sportif d’un (1) km, sur la route de l’aéroport.     

C’est une innovation dans notre pays. Grace au financement de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), la Fondation Princesse Esther Kamatari met en œuvre le projet « Bamako zéro déchet plastique». Une initiative qui vise à collecter et à recycler des sacs plastiques noirs en pavés à usage urbain.

Le lancement de ce projet innovant s’est déroulé, lundi dernier,  sur la route de l’aéroport, non loin de l’immeuble de la Météo, où un site a été aménagé à quelques mètres de la route bitumée, pour la réalisation d’un parcours sportif d’un (1) km de longueur avec des pavés plastiques recyclés. A cet effet, l’honneur est revenu à la représentante spéciale adjointe pour la MINUSMA, Mme Mbaranga Gasarabwe, de poser le premier pavé plastique noir recyclé.

Elle a indiqué que cet évènement témoigne encore que la MINUSMA est prête  à s’engager aux côtés des autorités municipales et gouvernementales de Bamako pour les accompagner et les soutenir dans leurs démarches écologiques et socio-économiques à la fois. « Aujourd’hui, nous avons le plaisir de faire part de notre engagement à l’initiative de la Fondation de la Princesse Esther Kamatari, qui est à l’origine de ce projet, pour tenter d’atténuer les dégâts liés à la mauvaise gestion des déchets. Ce projet a pour objectif global de transformer une source de dégradation de l’environnement urbain en opportunité économique, sous la forme d’une entreprise sociale, avec une stimulation de l’esprit entrepreneurial chez les femmes et les jeunes. Ce même concept, avec le même partenaire, sera également mis en œuvre à Mopti, avec l’objectif d’innover et de mieux gérer notre environnement», a-t-elle souligné. 

Selon la promotrice de la Fondation, Princesse Esther Kamatari, ce projet vise à fabriquer des pavés de construction à base de sachets en plastique,  collectés et mélangés à du sable. La technique, qui serait peu coûteuse, consiste à faire fondre les déchets plastiques  dans un récipient. Ensuite, la pâte obtenue passe à travers un moule pour produire les pavés. A l’en croire, au-delà des pavés, le projet va produire plusieurs autres objets utilitaires.

A noter que, pour la mise en œuvre de ce projet, la Fondation Princesse Kamatari rachète le kilo de sacs plastiques avec des femmes et des jeunes à 200 FCFA. Un concept qui a pour but  de leur offrir une source de revenus, mais aussi d’épuiser tous les sacs plastiques qui polluent et défigurent l’environnement. 

Sory Ibrahima COULIBALY

Source : L’Indépendant  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît