La fête de Tabaski s’approche à grand pas. Au marché, les ménagères n’ont pas encore commencé à acheter les condiments pour la fête. Une situation qui affecte les commerçantes de légumes.

Marché de légumes de « Wonida« , (à Bozola) l’un des plus grands points de ravitaillement en légumes pour les grossistes et détaillants. Awa Diakité, assise derrière ses sacs d’oignons, discute avec une cliente. « Le kilogramme de l’oignon coûte maintenant 350f/kg« , marchande la commerçante montrant du doigt ses légumes. Le coût ne convient pas à la cliente, qui le trouve cher. Elle poursuit aussitôt son chemin et part voir ailleurs.

Selon Awa, la cherté des oignons est due à l’hivernage et au fait qu’ils sont importés. « Avant, on vendait le kilo de l’oignon à 175 et 200 F CFA. Mais, maintenant on ne peut plus le céder à ce prix« , se justifie la commerçante.

La Tabaski en hivernage cause de nombreux soucis aux ménagères et aux commerçants. C’est pourquoi il n’y a pas assez d’affluence sur les marchés en ce moment. Selon les vendeurs, la plupart des ménagères attendent les deux derniers jours avant la fête pour faire leur achat.

Awa Diarra, assise derrière son étale rempli de poivrons, céleris, persils etc. ; se plaint de la cherté du marché. La commerçante affirme avoir acheté un sac de poivron entre 22 500 à 25 000 F CFA. Selon elle, la cherté s’explique aussi par le fait que beaucoup de maraichers se tournent vers leur champ en période hivernale. Le prix actuel des légumes n’est pas le seul problème qui inquiète la vendeuse. Elle est aussi préoccupée par leur conservation. Sans un espace bien équipé, les légumes ne peuvent être gardés très longtemps. “La clientèle se fait rare malheureusement. Et les légumes ne supportent pas la pluie. A déjà deux jours, ils se fanent ou pourrissent« , dit-elle angoissée.

Les prix stables

Pendant la fête au Mali, le repas le plus consommé est le fonio même si certains préparent aussi du riz, couscous ou de la pâte. Au marché de Daoudabougou, l’affluence se fait un peu rare. Ils ne sont pas nombreux ceux qui ont commencé à faire des achats pour la fête.

D’après les commerçants des céréales, le prix du fonio est toujours intact. Il est toujours à 550 F CFA contrairement à la fête précédente où il avait été vendu jusqu’à 650 F CFA. D’après Youssouf Sangaré, les gens n’ont pas d’argent sinon le prix des céréales est en baisse. Drissa Coulibaly ajoute : « c’est seulement deux jours avant la fête que les gens font leurs achats« .

Oumou Kanté, ménagère, explique : « c’est vrai que pendant la fête je prépare du fonio, mais je n’ai pas encore eu l’argent pour ces achats. Donc, j’attends« .

Une chose est sûre, quelle que soit la cherté du marché, pendant la fête au Mali, les gens consomment toujours des légumes.

Djénébou Kané

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît