La 34ème session du conseil d’administration du Laboratoire Central Vétérinaire (LCV) de Bamako s’est tenue en début du weekend dernier  dans la salle de conférence du LCV. La cérémonie d’ouverture était présidée par le chef de cabinet du ministère de l’innovation et de la recherche scientifique, Abdoulaye Diakité. C’était en présence du directeur général du LCV Boubacar Ousmane Diallo et de plusieurs membres du conseil d’administration du Laboratoire Central Vétérinaire

Le LCV a été construit en 1972 avec l’appui du Gouvernement des USA  pour satisfaire les besoins en vaccins vétérinaires du Mali. Le LCV constitue, à ce titre, un précieux outil pour le développement de l’élevage au Mali. Etablissement Public à Caractère Administratif (EPA) depuis 1994, le LCV est doté d’une autonomie de gestion lui permettant de faire face aux missions qui lui sont confiées. Il s’agit notamment de contribuer à la prévention et  à l’éradication des maladies animales par le diagnostic et la recherche appliquée .Mais aussi d’ assurer dans le cadre de l’appui à la santé publique, le dépistage des maladies transmissibles à homme et l’analyse microbiologique des aliments, eaux et boissons; assurer par la production de vaccins, la protection sanitaire du cheptel contre les maladies infectieuses; participer à la formation technique et au recyclage des cadres dans le domaine des techniques de laboratoire; enfin, assurer la recherche des résidus des pesticides dans les eaux, sols, aliments et végétaux.   Ainsi, dans le domaine de la production de vaccins, un total de 43 544 800 doses toutes catégories confondues ayant reçu le label de bonne qualité ont été produites, soit un taux de réalisation de 100,10 %. Ce volume de vaccins reste le plus élevé que ceux des cinq dernières années. De même, les ventes de vaccins en 2018 qui s’élèvent à 34 110 700 doses toutes valences confondues, demeurent satisfaisantes. S’agissant des activités de diagnostic, un total de 2681 échantillons toutes suspicions confondues ont été analysées, un volume nettement supérieur à celui des cinq dernières années. Quant aux activités de recherche, celles-ci ont enregistré des résultats meilleurs à ceux des trois dernières années eut égard à la qualité scientifique des projets et contrats de recherche exécutés selon l’évaluation faite par les membres du Comité Programme 2018. Le budget 2019 se chiffre à la somme de 2 444 574 725 FCFA contre une dotation budgétaire de 2 434 608 434 FCFA en 2018 soit, un taux de progression de 0,4%.

A .M

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît