La Plateforme de lutte contre la corruption et le chômage (PCC) exige la restitution de la somme de 250 milliards de F CFA, qui devrait servir à équiper les Fama en hélicoptères. Pour la Plateforme, cet argent aurait été détourné.  

« Non aux magistrats corrompus ! Non aux fonctionnaires corrompus ! Le peuple malien veut une armée structurée. A bas les généraux militaires corrompus… », etc.Tels étaient les messages écrits sur les tee-shirts, pancartes et banderolesde la PCC, lors de son meeting du 7 septembre dernier sur le Boulevard de l’indépendance.

Des associations féminines, Associations pour le soutien des loyers au Mali (Asloma) le réseau des Femmes patriotes du Mali, le central Syndical, etc., étaient à ce rendez-vous pour soutenir la PCC dans sa lutte contre la corruption.

Selon le porte-parole des cheminots, Moussa Keïta, la corruption est un fléau qui gangrène la situation politique, sociale et financière du pays. « Elle impacte négativement sur tous les domaines, y compris notre secteur. L’argent dédié à l’armée doit être restitué”, ajoute-t-il. Le professeur Clément Dembélé, président de la Plateforme, a exigé la restitution du financement prévu pour l’achat des hélicoptères de l’armée. « Cet argent n’a servi qu’à acheter des hélicoptères cloués au sol », lance-t-il. Et de préciser : « nous refusons l’évidence que notre armée soit réduite, trébuchée dans la boue de la déchéance à cause de la délinquance financière… Nous refusons l’évidence qu’on puisse voler 250 milliards au Mali. Au lieu de construire des hôpitaux, des écoles, créer de l’emploi pour les jeunes, pour les femmes et les enfants, ils se plaisent à nous voler et prennent en otage notre pays. Nous refusons que nos enfants meurent sous la balle de la honte, sous la balle de l’échéance, de la débandade pas parce qu’ils sont lâches seulement, mais qu’ils ne sont pas mis dans les conditions normales d’une armée valable. Nous ne démoralisons pas l’armée comme ils le font croire. L’Armée malienne est déjà assez démoralisée, nous leur exprimons tout notre soutien ».

Selon les organisateurs, les femmes et les jeunes sont plus engagés dans le combat que mène  la PCC à travers le nombre d’associations féminines, d’organisations des jeunes. « Les dirigeants qui se plaisent dans l’impunité, l’heure de l’éveil des consciences a sonné. Elle a sonné contre la gabegie, contre le mensonge d’Etat, contre l’escroquerie. Nous n’allons cessez les meetings que lorsque notre argent sera restitué », promet le président de la PCC.

Oumou Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît