Au Mali, chaque année, à la fermeture des classes, certains parents d’élèves envoient leurs enfants dans des écoles coraniques. 

Pendant que certains enfants partent en vacances chez des parents pour s’amuser et profiter de leurs temps libres, beaucoup d’élèves du quartier Point G apprennent des versets coraniques. Dans l’enceinte de la mosquée du Point G, quatre classes reçoivent les élèves, filles et garçons, mais séparés. Ici, les places sont limitées. « Si nous avons séparé les enfants, c’est pour que les deux sexes ne se mélangent pas, même s’ils sont dans la même classe et aussi par manque de salle. Cependant ils sont aux mêmes niveaux », explique l’un des enseignants, Idrissa Koné. Il précise : « C’est gratuit et accessible à tous les enfants. Nous le faisons pour Dieu-Allah. C’est notre geste de solidarité vis-à-vis de la communauté islamique, comme l’islam le recommande ».

Les cours commencent de 8 heures à 10 heures. Dans cette classe de première année, les enfants répétaient en chœur les versets sous l’encouragement du maître coranique. Dans les classes avancées, les élèves sont interrogés à tour de rôle. Les frères Maïga, Alassane et Habib, assis juste à l’entrée de la classe, ont pu mémoriser quelques versets. Agé de 12 ans, Alassane, fier de lui-même, explique : « j’ai mémorisé six sourates en plus de cela je sais faire mes ablutions. Nous sommes en phase d’apprentissage des piliers de l’islam. Et le bon comportement a adopté ». Les filles, avec leur burqa, récitent les versets tout comme les garçons de la classe. Mais elles sont plus nombreuses que les garçons, selon le maitre coranique. « Les garçons préfèrent jouer au foot, d’autres sont apprentis mécaniciens, menuisiers ou autre », analyse-t-il. 

Les enfants doivent être encadrés, surtout pendant les vacances où ils n’ont pas assez d’occupations avant la reprise.

Oumou Fofana 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît