Selon le président de la Commission démocratique indépendante de médiation entre la majorité, l’opposition et la société civile pour une cohabitation pacifique (CDI-Médiation), Makan Sidibé, pour une résolution définitive de la crise, les autorités doivent rencontrer les véritables protagonistes de la crise que sont : Peulhs et Dogons. Bien que salutaire, il estime que la visite au centre du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, « n’arrangerait rien« .

Mali Tribune : Que pensez-vous de la visite du Premier ministre au Centre ?

Makan Sidibé : L’initiative du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, pour le Centre, au-delà d’être salutaire, est sans commentaire. On voit vraiment qu’il veut apporter une solution définitive à ce problème. Il s’est rendu à Mopti avec le seul objectif de concrétiser la cohabitation pacifique et le vivre ensemble. Il est mini d’un esprit saint et cohérent dans le seul but d’apporter des solutions concrètes à ce conflit intercommunautaire.

Mali Tribune : Pouvons-nous nous attendre à des impacts positifs des concertations sur le conflit ? 

M. S. : Oui, bien sûr. Mais au-delà de ces concertations, il faut que les deux communautés essayent de se mettre ensemble en respectant les limites qui leur ont été indiquées. L’acte que les deux communautés viennent de signer doit vraiment être appliqué en concrétisant la paix et l’esprit de la paix.

Mali Tribune : Pensez-vous qu’il reste autre chose au-delà de ces concertations ?

M. S. : Pour moi, il reste encore un gros travail après cette médiation. Parce qu’il y a beaucoup de plaies qui existent maintenant entre les deux communautés. Il faudra du temps pour définitivement guérir Ces plaies. Pour ce faire, il faut élaborer une stratégie qui pourra faire oublier et pardonner tout ce qui s’est passé dans un esprit de pardon et de tolérance.

Mali Tribune : Quel rôle avez-vous joué dans la résolution du conflit ?

M. S. : Notre structure a déjà fait des travaux pour le retour de la paix au Centre. Nous sommes l’une des premières structures sur le terrain dans ce sens. Nous avons cherché à rencontrer les vrais protagonistes du conflit, à travers des jeunes peulhs et dogons de notre structure. Car, il n’y aura jamais de solution ne se trouvera jamais tant que nous continuerons de réconcilier les gens qui n’ont pas de problème entre eux. Il faut rencontrer les vrais protagonistes (Peulhs et Dogons).  C’est ce que la CDI-Médiation a essayé de faire, nous avons eu à rencontrer même des djihadistes à travers certaines personnes et aussi les dogons. Nous avons pu favoriser une prise de conscience avec des solutions communes venant d’eux-mêmes.  Pour mon conseil, je pense que l’Etat doit réconcilier les cœurs. Nous avons des enfants des victimes qui vivent aujourd’hui, si on n’y travaille pas, ces enfants pourront être des rebelles demain dans un but de la vengeance. C’est dans cette dynamique que la CDI-Médiation a formé plus de 900 jeunes pour la sensibilisation au Centre afin de gagner l’esprit de la paix chez tout le monde.

Entretien réalisé par

Koureichy Cissé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît