Le PRVM/Fasoko a organisé, lundi 11 novembre à Bamako, une conférence de presse sur la situation socio-politique et sécuritaire du pays.  La rencontre a été l’occasion pour le parti de proposer des pistes de solutions pour sortir le pays de la crise actuelle.

C’est le secrétaire général du Parti pour la restauration des valeurs du Mali « PRVM/Fasoko), Yaya Coulibaly, qui a animé la rencontre. Selon lui, les problèmes auxquels le pays est aujourd’hui confronté sont relatives au non-respect de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, les violations des droits de l’homme visant des villages entiers et parfois des communautés entières, l’insécurité du Mali, etc.

Devant ce constat amer, explique-t-il, son parti requiert la révision de l’accord d’Alger et l’implication de toutes les forces vives de la nation au dialogue national inclusif. Le parti invite le président de la République à s’investir davantage pour l’effectivité de la participation de toutes les couches sociales et des forces politiques au dialogue, de lutter contre l’insécurité, etc.

M. Coulibaly a réaffirmé l’engagement citoyenne du PRVM dans le soutien des forces de défense et de sécurité. “le PRVM/Fasoko est pour la mise en place des contributions citoyennes qui renforceront les soutiens financiers de l’État à nos forces de défense et de sécurité”, indique-t-il. Ces propositions, précise M. Coulibaly, sont issues des journées de réflexion du parti sur la situation du pays.

Au point de presse, le PRVM/Fasoko a salué et encouragé les initiatives présidentielles et gouvernementales adoptées contre la corruption et l’enrichissement illicite.

Hamady Sow

(stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît