La journée mondiale du conte a eu lieu le samedi 20 mars, la conteuse du fleuve, Amaïchata Salamanta a reçu à son domicile à Kalaban Coura un public expressément constitué. Autour du thème ‘’Conter pour enseigner la paix’’.

La journée du conte est devenue mondiale depuis 2004. Dans le cadre de sa célébration Radouane Ag Ahmadou a pris l’initiative de réunir ses amis autour de la conteuse Amaïchata Salamanta, artiste conteuse, musicienne.

Cette initiative de conter à domicile est de Radouane Ag Ahmadou, Jeune ambassadeur du Mali pour le Conseil de la Coopération Sud-Sud (CCSS). Pour lui, il était inadmissible que la journée mondiale du conte passe sans qu’un seul conte ne soit conté. J’ai moi- même constitué un public pour l’occasion et demandé à la conteuse de nous recevoir afin que cette journée ne passe pas inaperçue. Le principal objectif était bien évidemment de célébrer le conte. Par la même occasion, créer un lien solide entre ledit public et surtout de confirmer la célèbre citation du préambule de l’acte constitutif de l’Unesco, « les guerres prenant dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».

Il est 21heures, quand Amaïchata a accueilli ses invités, assise dans son salon, toute de blanc vêtue, un instrument de musique traditionnelle en main, les jeunes venues prendre part à cette soirée faisaient face à la conteuse traditionnelle, artiste, comédienne, musicienne. Dans une ambiance de chant et d’applaudissements, les jeunes écoutaient religieusement la conteuse.

« Le conte parle de la vie courante, mais le message que je véhicule le plus à travers le conte est la paix, car on a toujours eu besoin de la paix. Nos ancêtres contaient les contes, les épopées à travers lesquels, ils enseignaient la paix et la réconciliation. Je conseille aux parents de conter des contes aux enfants, en Europe les enfants connaissent le conte surtout conte de Mali-Sadio mais une fois en Afrique, ici même au Mali, certains enfants ignorent complètement cette histoire. Il faut que les enfants connaissent nos histoires, car elles éduquent et donnent envie d’imiter le héros ou l’héroïne. L’histoire amène le changement », Conseille Amaïchata conteuse traditionnelle.   

Les jeunes accompagnaient le refrain pour plus d’ambiance festive, et la conteuse jouait parfois cet instrument, et un autre qui jouait la flûte, les spectateurs partagés entre différents sentiments, les larmes qui coulent sur les joues, et parfois de fou rire avec les anecdotes de la conteuse. « C’était de très beau conte, avec une moralité saisissante. Ainsi nous devons renouer avec nos traditions à travers lesquelles étaient véhiculés beaucoup de message ». Souligne Denis, un spectateur.

 Le conte instruit et éduque c’est ainsi qu’à la fin, chacun est rentré chez soi avec un enseignement tiré de cette soirée de conte à domicile. Et à 22 heures, les jeunes ont plié bagages et posaient la question afin de savoir à quand une autre soirée qui a fait replonger certains dans l’enfance pour ceux qui ont grandi auprès des grands parents qui aimaient conter pour éduquer les enfants. 

Oumou Fofana

Mali Tribune du 23 Mars 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît