Cette 2ème édition qui s’étendra quinze jours, regroupe de nombreux artisans venus des différentes régions du nord du Mali. Il s’agit de Tombouctou, Ménaka, Kidal, Taoudéni. Ils sont repartis entre 15 stands bien ornés.

Selon Oulag Mohamed Cissé, vice-président de la chambre d’artisanat de Tombouctou, les artisans sont plus nombreux cette année contrairement à la première édition. Cette initiative représente pour eux un encouragement et une amélioration d’expérience. « La concurrence que le salon mette entre les artisans permet une efficacité dans la production des articles. C’est une chose très importante pour nous. Nous avons bien préparé l’édition de cette année. Nous avons amené les deux portes et fenêtre traditionnelles de Tombouctou », ajoute-t-il.

Divers articles sont exposés sous les stands. Quelques-uns sont fabriqués à base de cuire, comme les sacs, oreillers, couteaux, trousseaux, boites et porte money. Les oreillers en cuire servent également comme ornement chez les Touaregs. D’autres œuvres sont faites à partir de la paille comme les bijoux, nattes et petites assiettes.

Coumba, une artisane venant de Tombouctou fabrique différents articles incroyables notamment des bijoux de femme fabriqués à travers la paille de blé. Selon elle, ces bijoux coûtaient chères car ils avaient de la valeur aux yeux des étrangers. Mais actuellement elle vend ses bracelets et chaines à 3000 et 5000F CFA. « Ce travail n’est pas facile. A Tombouctou nous sommes la seule famille à fabriquer ces bijoux en paille », affirme-t-elle. Les amuses gueules sont également dans ses menus. Elle transforme plusieurs nourritures comme les graines de pastèques pour donner des collations ressemblant à l’arachide mais avec un goût un peu salé.

Malgré l’enthousiasme de ces talentueux artisans, ils rencontrent plusieurs difficultés depuis le début de la crise malienne. Ces difficultés sont principalement liées à un manque de marché. Pour eux les articles ne se vendent plus aux prix fixes. « Avant les blancs venaient pour acheter nos produits à des prix très satisfaisants mais avec les conflits actuels certains de nos articles de 25 000F sont vendus environ 10 000 à 15 000 F CFA », déclare Mohamed Ag Abdoulaye, président des artisans de la commune Lafia de la région de Tombouctou.

Mme Cissé Fadimata cissé une artisane de Tombouctou, voit ce salon comme un lieu de rencontre entre les différents artisans. « C’est une promotion de l’artisanat du Mali et aussi un moyen de tisser des relations. Mais il faut rappeler la morosité du marché des artisans. Les gens viennent juste regarder et promettent de revenir acheter. Nous avons énormément besoin du soutien du gouvernement » dit-elle.

Fatoumata Kané

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît