Ségou-Art Festival sur le Niger se veut une rencontre pour consolider la réconciliation et la cohésion sociale entre les régions du nord et du sud cette année.

La fondation festival sur le Niger a annoncé samedi à Ségou, les couleurs de la 16e édition de Ségou-Art Festival sur le Niger 2020 en présence du parrain de cette année Cheick Tidiane Seck, des membres de la commission d’éthique du festival et des autorités de la région dont le directeur du cabinet du gouverneur et le 3e adjoint au maire de Ségou.

L’évènement annuel culturel et artistique se tiendra du 4 au 9 février dans la cité des Balanzans. Il annonce plusieurs activités culturelles de promotion, de partage et de découverte.

La 16e édition mettra l’accent sur la réconciliation, la paix et la cohésion sociale. Une caravane culturelle pour la paix sera organisée pour l’occasion explique le coordinateur général du festival Attaher Maïga. Pour lui, Ségou Art-festival sur le Niger 2020 est une édition de résilience. « Bien vrai que nous sommes dans un contexte sécuritaire particulier, il est important que les arts et la culture jouent un rôle pour le retour de la paix ».

Outre la caravane, cette édition sera marquée par le retour du colloque de Ségou, ajoute-t-il. L’espace d’échanges va se pencher sur la migration et l’identité, le thème central du festival. A Ségou, chercheurs, créateurs et décideurs du continent et d’ailleurs réfléchiront ensemble sur les enjeux et les perspectives des identités face au phénomène des migrations.

Composante majeure du rendez-vous, la foire de Ségou s’ouvrira également aux visiteurs sur les berges du fleuve Niger avec environ 400 artisans et créateurs locaux nationaux et internationaux venant d’une trentaine de pays d’Afrique et d’autres continents. Selon son coordinateur Djibril Guissé, la touche apportée à la foire est la participation des réfugiés de la région. Plus de 200 000 visiteurs attendus découvriront de même leurs différents produits artisanaux.

Pour Attaher Maïga, les innovations de l’édition 2020 sont l’exposition Bi Mali (le Mali contemporain). L’espace de visibilité et de promotion de la génération montante des artistes visuels du Mali va présenter les œuvres des jeunes talents émergents en peinture, photographie, vidéo et sculpture.

D’autres nouveautés annoncées par le conférencier sont l’ouverture d’une grosse fenêtre sur les manifestations traditionnelles en particulier sur le « Baara » et les soirées thématiques.

De nombreux artistes se produiront sur scène autour des deux soirées thématiques dont Bassékou Kouyaté, Abdoulaye Diabaté, Paye Camara, Safi Diabaté, Amanar de Kidal, Néba Solo, Ayidissa (RCI) Aïcha Traoré (RCI) et la création Oumar Konaté et Kader (Mali/Algérie).

En musique urbaine, il est attendu Serge Benaud (RCI), Iba One, Young Pô, Dr. Keb, Gaspi, Calibre 27, Zikino du Mali et Malika la slameuse (Burkina-Faso).

En marge de cette caravane pour la paix, la fondation festival sur le Niger a invité des artistes rappeurs de la sous-région dont Didier Awadi (Sénégal), Monza (Mauritanie), Master Soumy, Tal B, Kira Kono du Mali. Ces ambassadeurs viendront passer des messages en faveur de la paix et du vivre ensemble.

La paix et le vivre ensemble, des aspirations partagées par les autorités municipales et régionales présentes à la conférence de lancement. Ils sont unanimes que le contexte actuel du pays « impose à tous d’aller ensemble ».

Avec les membres de la commission d’éthique du festival, les autorités se sont engagées à faire de cette 16 e édition une réussite. Sur l’aspect sécuritaire, la commission d’organisation travaille à l’interne avec la population et les autorités pour renforcer le dispositif, rassurent les conférenciers.

Kadiatou Mouyi Doumbia

(envoyée spéciale)

Mali Tribune

28 janvier 202

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît