Le parti du Chef de file de l’Opposition, Honorable Soumaïla Cissé, tient, depuis ce samedi 21 décembre 2019 à Bamako, son 4e congrès ordinaire. A l’ouverture des travaux, le président Soumaïla Cissé a rendu un bel hommage aux FAMa, tout en revenant sur les raisons de la non-participation de son parti au Dialogue national inclusif (DNI). Mais, affirme-t-il, l’URD “restera attentif aux conclusions du DNI notamment celles relatives aux Accords d’Alger et à la révision constitutionnelle”.

Tous les cadres et responsables de l’Union pour la république et la démocratie (URD) sont présents à Bamako pour la plus grande rencontre de leur formation politique. Ouvert ce matin sous la présidence du Chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé, ce congrès a pour objectif de renouveler les instances du parti et de proposer des réformes organisationnelles. “A la place du Bureau exécutif national, vous devez proposer une Direction politique nationale, une présidence et une direction exécutive”, précise l’honorable Cissé. Et d’insister : “vous devez examiner la pertinence de ces réformes et porter votre choix sur des cadres de valeur, engagés et déterminés à relever les défis qui se posent à notre parti”.

Actualité oblige, le président de l’URD est revenu sur le DNI qui, selon lui, a été boycotté par son parti et une bonne partie du mouvement social et des forces vives du pays. “ Nous avons demandé le dialogue depuis fort longtemps. Nous sommes des hommes et des femmes de dialogue. Toutes nos propositions ont été rejetées pour empêcher tout compromis sur ce sujet, pour faire de nous des faire-valoir autour de décisions prises à l’avance, pour une entreprise de communication. Nous avons écrit officiellement pour donner les 7 conditions de notre participation. A l’heure où je vous parle nous n’avons reçu aucune réponse écrite”, regrette-il. Toutefois, indique le chef de file de l’opposition, son parti est attentif aux conclusions du DNI notamment celles relatives aux Accords d’Alger et à la révision constitutionnelle.

Sur les autres questions relatives à la vie de la nation, le président du FSD a salué le courage et l’abnégation des Forces de défense et de sécurité face à la situation sécuritaire. Selon lui, l’armée “n’est pas un électron libre, ni un corps isolé des autres corps de la société”. Elle est, précise-t-il, “victime comme les autres corps de l’insouciance et de la gabegie du régime. Cette maladie, nous la connaissons tous, elle s’appelle la mal gouvernance”. C’est pourquoi l’honorable Cissé se réjoui de la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire par l’Assemblée nationale sur les “fameux aéronefs cloués au sol”. “Nous voulons un audit financier et comptable dans les plus brefs délais sur l’utilisation des 1230 milliards votés par l’Assemblée nationale dans le cadre de la loi d’orientation et de programmation militaire, une enquête approfondie sur la livraison, l’état et la disponibilité des équipements militaires, etc”, réitère M. Cissé.

Hamadoun Touré

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît