Les idées au service du vivre ensemble. C’est l’ambition du Mouvement Malivaleurs qui, à l’occasion d’un symposium de trois jours,  a réuni à Bamako des écrivains, chercheurs et communicateurs et d’autres experts pour débattre du thème : «Déconstruire les discours et comportements sectaires, identitaires et extrémistes ».

Ce symposium avait pour objectif principal de mener une réflexion approfondie sur les grandes préoccupations du moment afin de redonner une bonne image de la société. Il vise à mobiliser les énergies et les ressources possibles afin d’arrêter les dérives du discours et du comportement sectaire, mais aussi de panser les plaies et empêcher les opportunistes de continuer la pollution des cœurs et des esprits afin de rebâtir les vrais valeurs maliennes notamment le Kélénya, le Sinjya, le Jatigyia et le Sinagunya. D’où le thème : «Déconstruire les discours et comportements sectaires, identitaires et extrémistes ».

Ce choix n’est pas fortuit. Selon le président du Mouvement, Ismaila Samba Traoré, actuellement certaines terminologies sont mal employées au Mali. Il a pris l’exemple sur la crise inter-communautaire qui sévit dans le centre du pays. Il estime que malgré les engagements de l’Etat et des autres forces sécuritaires, le conflit persiste car, les préjugés et les idées pré requises ne sont pas désarmés.

pub

« Beaucoup de gens appellent les violences auxquelles nous assistons dans le Centre du Mali et ailleurs des confrontations inter-communautaires, intra-communautaires. Ces affrontements entre ethnies ne sont que des reflets de discours, de préjugés, de système de pensées discriminatoires qu’exercent les uns vis-à-vis des autres. Nous pensons que c’est à l’échelle du discours qu’il faut agir », a-t-il précisé.

Il ajoute : « les politiques font ce qu’elles doivent faire, à savoir mettre en place les moyens sécuritaires ou militaires pour tenter d‘établir l’Etat dans ses prérogatives et imposer aux communautés les règles de l’Etat de droit. Mais, quelque part, des individus se mettent dans la tête des idées pré requises, des idées reçues, des préjugés qu’ils manifestent à la première occasion qui leurs aient donnés… C’est une chance aujourd’hui de s’attaquer aux aspects psychologiques de l’homme malien. L’homme est porté par la pensée qui s’instruit d’un certains nombres de réflexes qui puisent leur racines dans les idées reçues et les pré requis. Nous voulons donc désarmer ces préjugés pour instaurer une paix véritable ».

Pour relever ce challenge, le menu du symposium a été garnit par des débats sur plusieurs thématiques. Il s’agit de : « Mali, focus sur un pays emblématique qui ne fait plus rêver » ; « Regards croisés sur les crises dans la sous-région » ; « Contenir les périls et sortir des blocages : tirer les leçons » ; « Le repli identitaire », etc. 

Le Mouvement Malivaleurs est un regroupement d’hommes de culture, d’éducateurs, d’écrivains, de communicateurs, de médiateurs communautaires, de réseaux de jeunes, qui opère pour tenter de faire du Mali un pays de paix et de forte cohésion sociale où des valeurs comme la démocratie, la laïcité, le respect des institutions, le respect du bien public, le respect de l’autre, la tolérance, inspirent la gouvernance et le comportement du citoyen. Depuis 2013, il organise des sessions annuelles, comme ce symposium, pour réfléchir sur les grandes questions qui touchent quasiment tous les pays de la sous-région.

En plus du symposium, un atelier méthodologique d’élaboration de matériels pédagogiques et artistiques sur la déconstruction a démarré aujourd’hui dans un hôtel de Bamako.

Hamissa Konaté

30minutes.net

21 décembre 2018

pub

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît