Dans la mouvance de la campagne électorale, pour le scrutin présidentiel du 29 juillet prochain, le candidat de la Coalition pour l’alternance et le changement, non moins président de l’URD et chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, s’est rendu dimanche au marché à bétail (Garbal) de Niamana. Objectif : échanger avec les acteurs de ce secteur. L’occasion pour les participants de soumettre leurs doléances au candidat et de lui affirmer leur soutien pour la victoire au sortir du scrutin du 29 juillet.

 

Cette rencontre très attendue au marché à bétail était prévue pour 12 heures, mais compte tenu du calendrier très chargé du candidat Cissé et sa délégation, elle a finalement eu lieu aux environs de 14 heures.

Il était exactement 14 heures, quand le président-candidat de l’URD, l’honorable Soumaïla Cissé, et sa délégation observent leur escale à Niamana. Ils ont été accueillis dans la ferveur. Dès son arrivée,  le député de Nianfunké a tout d’abord salué et remercié ce beau monde. Après les salutations d’usage, une lecture de la « fatiah » a marqué l’ouverture des échanges essentiellement en langues  bambara, songhaï, dogon et peulh.

De ce fait, cette rencontre a été émaillée par plusieurs interventions, dont le mot de bienvenue des responsables des vendeurs et éleveurs : Boubou Cissé et  Sékou Sallah. De l’autre côté, il y a eu l’intervention d’Abdoulaye Diarra et celle du candidat Soumaïla Cissé.

A noter que cette visite au marché à bétail, communément appelé « Garbal », avait pour but d’échanger avec les éleveurs et les vendeurs de bétail sur leurs préoccupations, et leur faire part des solutions spécifiques qui leur sont proposées dans son programme. Ainsi, la situation actuelle au centre de notre pays a été aussi évoquée. Tous les intervenants ont rappelé l’harmonie et la cohésion qui ont pourtant toujours prévalu entre ces communautés. S’agissant de la tension actuelle entre les communautés, des intervenants montrent que ces conflits sont purement une manipulation. Pour résoudre cette situation, Sékou Sallah a invité  ses compagnons à retirer leurs cartes d’électeur pour jouer la carte Soumaïla Cissé le 29 juillet prochain.  Car, dit-il, Soumaïla Cissé est la solution à ce problème.

A cet effet, comme pour marquer cette coexistence pacifique, tous les représentants se sont exprimés en Peulh et en Bambara, deux langues que les communautés du centre ont en partage malgré la pluralité linguistique.

Prenant la parole, l’honorable Soumaïla Cissé très enthousiaste, a réitéré ses salutations  à l’endroit de ses frères qui se sont déplacés massivement pour écouter son message. Le député de Niafunké a ainsi déploré cette crise qui paralyse, depuis un certain temps, le centre du pays. «  Cela ne nous empêcherons pas de nous rendre dans ces lieux. Pour preuve, nous y serons Inch’Allah, le 29 juillet prochain, pour accomplir notre devoir civique ».  Et Soumaïla Cissé de poursuivre : « J’ai été heureux de voir ces communautés témoigner ainsi de leur attachement à l’unité du Mali. Savoir qu’elles ont toujours cette volonté commune de vivre ensemble dans la paix m’a profondément rassuré et rempli de joie.  Cela prouve encore une fois que la véritable sortie de cette crise ne pourra se faire qu’à travers le dialogue, cette pratique pourtant coutumière au Mali, mais qui hélas ces dernières années a trop souvent été négligée ». Ainsi, il a invité chacun au retrait des cartes d’électeur. « C’est la carte d’électeur notre seule arme pour le changement et gage d’un Mali, prospère », a-t-il conclu.

D.Coulibaly 

La Preuve du 19 juillet 2018 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaires s'il vous plaît
Votre Nom s'il vous plaît